0
Constructeurs
MRJ, des experts étrangers pour faire avancer le programme © Mitsubishi

| Antony Angrand

MRJ, des experts étrangers pour faire avancer le programme

Mitsubishi n'en a pas fini avec son MRJ. L'appareil cumule les retards et ne sera pas prêt avant 2020 au mieux. Le dernier épisode en date de cette série japonaise, qui tiendrait presque du soap opera tant les rebondissements ont été nombreux, concerne la baie avionique et le faisceau électrique de l'appareil, les deux équipements devant faire l'objet d'une refonte. Cinq retards ont été annoncés depuis le démarrage du programme, dont quatre au moins sont liés à des problèmatiques de certification.

L'avionneur japonais n'a qu'une expérience réduite dans ce domaine, c'est ce qui explique l'envoi des appareils aux Etats-Unis pour la campagne d'essais en vol, mais également l'importance de la présence d'experts étrangers qui apportent une contribution significative à la certification de l'appareil en vue des livraisons tant attendues par ANA -All Nippon Airways, la première compagnie cliente qui a commandé 25 appareils, commandes fermes et optionnelles confondues-.

Ces retards ont déjà entraîné une annulation de commande, celle d'Ani Group Holdings, en 2013. Toutefous, si rien n'est perdu, l'appareil arrivera quoi qu'il en soit sur un terrain déjà fortement occupé par la concurrence, avec les Sukhoi SuperJet 100 et la nouvelle génération d'Embraer pour ne citer qu'eux.

Avion régional biréacteur Embraer 195 E2 Mitsubishi Aircraft Corporation Mitsubishi Heavy Industries MRJ Retards retards de livraison Sukhoi SuperJet 100 Affichage tête haute Bombardier Bombardier Challenger 350 HUD SVS

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription