0
Ukraine
Augmentation des livraisons de systèmes antiaériens modernes pour l'Ukraine
Augmentation des livraisons de systèmes antiaériens modernes pour l'Ukraine
© AAE

| Gaétan Powis 1221 mots

Augmentation des livraisons de systèmes antiaériens modernes pour l'Ukraine

Avec les bombardements des 10 et 11 octobre sur les villes ukrainiennes, les livraisons de systèmes antiaériens modernes semblent s'accélérer pour les États-Unis et l'Allemagne. La France a aussi annoncé la livraison de systèmes antiaériens dans les prochaines semaines et d'autres pays devraient suivre ce mouvement.

Deux jours de bombardements sur les villes

L'Ukraine a subi en début de semaine deux bombardements sur ces villes ;

  • Le 10 octobre, 20 villes en Ukraine étaient touchées par 84 missiles et 24 drones ou "missiles low-cost".
  • Le 11 octobre, 30 missiles Kh-101 et Kh-55 étaient tirés par des bombardiers stratégiques Tu-95 et Tu-160 sur les oblasts de Lviv, Vinnytsia, Dnipropetrovsk, Donetsk et Zaporizhia. Des Shahed-136 ont aussi été tirés.

Les dégâts matériels sont nombreux, avec des immeubles entièrement rasés, plus de 20 morts et 100 blessés. Ces bombardements sont critiques pour la population ; elle doit se préparer à l'hiver alors que les bâtiments sont endommagés, les vitres détruites, etc. Les Russes annoncent ces frappes comme des mesures de rétorsion suite à la destruction d'une partie du pont de Crimée (article sur le sujet).

Accélération des livraisons de systèmes antiaériens

Le 12 octobre, plus de 50 représentants de pays différents s'étaient regroupés à Bruxelles pour discuter de leur soutien à l'Ukraine et ce, suite aux bombardements des jours précédents. A la fin de la réunion, on consensus a été trouvé ; augmenter la livraison de systèmes antiaériens modernes ou récents afin de contrer les futurs bombardements.

NASAMS livrés plus rapidement

John Kirby, le Coordonnateur du Conseil national de sécurité pour les communications stratégiques, a annoncé le 11 octobre que la livraison des deux premiers NASAMS allait être avancée :

"Nous pensons que nous sommes sur la bonne voie pour envoyer ces deux premiers [NASAMS] là-bas [Ukraine] dans un avenir très proche. [...] Nous sommes certainement intéressés à accélérer la livraison du NASAMS à l'Ukraine dès que possible."

Le NASAMS est un système antiaérien développé par la Norvège (Kongsberg) et les États-Unis (Raytheon) afin de pouvoir tirer des missiles antiaériens air-air mais modifiés dans une optique sol-air. Il existe trois versions de ce système mais aucune information officielle ne permet de confirmer la version prochainement livrée par les Américains (plus d'infos sur le NASAMS dans cet article).

IRIS-T récemment livré

Le 10 octobre, le ministère de la Défense allemand avait annoncé que le premier système antiaérien IRIS-T SLM avait été livré à l'Ukraine. Il s'agit d'un système antiaérien moyenne portée capable de détruire de nombreux types de cibles aériennes différentes (avions, missiles, drones,...). C'est d'ailleurs le premier système antiaérien moderne de moyenne portée livré à l'Ukraine (plus d'infos dans cet article).

Des Crotale français ?

Le 12 octobre en soirée, le président français Emmanuel Macron s'est exprimé sur les livraisons de matériels militaires français à l'Ukraine. Il a notamment annoncé que la France allait dans les prochaines semaines livrer des radars et des batteries antiaériennes pouvant détruire des drones et des missiles. Le ou les systèmes en question ne sont pas encore connus officiellement. Toutefois, d'après France 24, la France devrait livrer des batteries antiaériennes courte portée Crotale.

Pour rappel, le Crotale est un système antiaérien de Thales et MBDA. En dehors de versions potentiellement désactivée et stockée, la France produit depuis 1990 le Crotale NG (Nouvelle Génération). Le système comprend un seul et unique véhicule tracté avec un lanceur de 8 missiles, un capteur radar et un capteur infrarouge. Le missile est capable de détruire n'importe quel drone, missile, hélicoptère et avion dans un rayon de 11 kilomètres. De plus, le missile aurait une vitesse de Mach 3,5. La mise en batterie est très rapide (5 minutes) et le rechargement d'un missile est effectué par un simple camion équipé d'une petite grue, et ce, en moins de deux minutes.

Rechargement d'un Crotale NG de l'Armée de l'Air et de l'Espace. On distingue clairement la remorque comprenant les lanceurs et les capteurs ainsi que la facilité de rechargement des missiles.
Rechargement d'un Crotale NG de l'Armée de l'Air et de l'Espace. On distingue clairement la remorque comprenant les lanceurs et les capteurs ainsi que la facilité de rechargement des missiles. © AAE
Rechargement d'un Crotale NG de l'Armée de l'Air et de l'Espace. On distingue clairement la remorque comprenant les lanceurs et les capteurs ainsi que la facilité de rechargement des missiles.

Patriot et/ou Hawk américains ?

Le général Mark Milley, le chef d'État-Major des armées, a annoncé que le but des livraisons était de donner à l'Ukraine la capacité de créer un véritable système de déni d’accès aérien :

"Ce que l'Ukraine demande, et ce que nous pensons pouvoir lui fournir, c'est un système intégré de défense aérienne et antimissile. [...] C'est un mélange de tout cela qui interdit l'espace aérien aux avions, hélicoptères et missiles russes. [...] [L'Ukraine] a très efficacement utilisé ses SA-6 et SA-8, S-300 et SA-10, 11, etc. Ils ont été très efficaces pour empêcher la supériorité aérienne russe. Et cela, à son tour, a privé les Russes de la capacité de mener des manœuvres terrestres interarmes."

Il a ensuite insisté sur le fait que ces systèmes restent tout de même insuffisants et assez vieux, comparés à des systèmes de dernière génération, ou encore de génération récente. Il a notamment répondu à des questions sur le système MIM-23 Hawk de moyenne portée ou encore le MIM-104 Patriot de longue portée sans annoncer une livraison de ces deux systèmes mais en ne fermant pas la porte à une telle éventualité.

Des missiles moyenne portée pour les NASAMS

Le 13 octobre, le ministère de la Défense anglais a annoncé qu’il allait transférer en Ukraine des missiles AMRAAM. Le ministère précise également qu’ils ne seront pas utilisé dans une configuration air-air mais sol-air, via les NASAMS prochainement livrés. Pour information, l’AIM-120 AMRAAM est un missile moyenne portée capable de détruire tout type de cible aérienne. Lors d'essais par Kongsberg, 200 tirs sol-air ont été effectués, avec un taux d'interception supérieur à 90 %.

D’autres systèmes ayant déjà été livrés vont à nouveau être transportés vers l’Ukraine. Pour rappel, les Anglais ont notamment livré le MANPAD Starstreak et sa version mobile Stormer HVM. Il faut donc s’attendre à d’autres livraisons de ce type.

4 MIM-23 Hawk espagnols

Dans un tweet (ci-joint), le ministre de la Défense ukrainien a confirmé que l'Espagne allait prochainement livrer 4 systèmes antiaériens moyenne portée MIM-23 Hawk à l’Ukraine.

L’Espagne a acheté ses premiers systèmes HAWK en 1965. Au fil du temps, elle a renforcé ses défenses antiaériennes par l’achat de systèmes supplémentaires ou en recevant 4 I-Hawk des États-Unis en remerciement de l’utilisation de ses bases militaires. Les batteries Hawk sont aussi mises à jour à de nombreuses reprises puisque ce système devrait être mis à la retraite à l’horizon 2030.

Les missiles ne sont pas les seuls à être modernisés car une batterie comprend également des radars. Ces derniers sont ainsi améliorés et l’Espagne a commencé en 2021 à améliorer ses radars aux standards Hawk 21. Une batterie Hawk 21 comprend ainsi des radars AN/MPQ-64 Sentinel (détection) et AN/MPQ-61 HPI (engagement avec une capacité à basse altitude et altitudes multiples).

Il est intéressant de noter que l’Ukraine a déjà reçu des radars Sentinel et que le système NASAMS est également compatible avec ce radar (article spécifique au NASAMS). L’Ukraine peut alors créer un certain maillage antiaérien composé de systèmes de détection modernes pour des batteries antiaériennes modernes mais de confection différente.

Et bien d'autres

D'autres pays ont également signalé leur volonté de soutenir l'Ukraine en livrant ou finançant des systèmes antiaériens mais pour l'instant, aucun modèle précis n'est encore connu. Il faudra attendre les annonces des prochains jours ou à l'inverse, les premières images dans les semaines à venir lors des livraisons.

Article mis à jour le 13 octobre 2022 à 23h30.


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité