10
Ukraine
MiG-31K et missiles hypersoniques au-dessus de la Mer Noire
MiG-31K et missiles hypersoniques au-dessus de la Mer Noire
© DR

| Antony Angrand 156 mots

MiG-31K et missiles hypersoniques au-dessus de la Mer Noire

La première unité de MiG-31K opérationnelle a été constituée avec emport de missiles hypersoniques Kinzhal. Ceci fait suite au déploiement l'été dernier de deux MiG-31K en Syrie à des fins d'expérimentation sur le terrain et dans des conditions réelles d'opérations.

Vers un régiment de MiG-31K

Le MiG-31K devrait bientôt voir son premier régiment déployé, car plusieurs biréacteurs sont en cours de modernisation avec préparation des infrastructures pour installation des missiles hypersoniques Kinzhal sous avion. Cette avancée fait notamment suite au déploiement l’été dernier de deux MiG-31K en Syrie à partir

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.

MiG-31K Missile hypersonique Kinzhal Tu-22M3 Mer Noire Déploiement en Syrie


Répondre à () :

Fidel Iniongo eloko | 12/01/2022 17:45

Un plus d’informations pour le grand public

Hannosset Étienne | 13/01/2022 01:16

Vous pouvez aisement les trouver sur les nombreux sites de l’Union européenne’et de l’Otan qui veillent à notre securitè.

Jalal | 13/01/2022 07:34

Je voudrais pouvoir si dieu me prête vie serrer la main au président Poutine

KOSSI | 13/01/2022 12:35

Belle performance de l'armée de l'air russe qui permet de calmer les ardeurs bellicistes de l'Otan.

Seb | 13/01/2022 17:58

Même sur air et cosmos y a des trolls. Vous n'avez donc pas compris que c'est pour mieux vous envahir cette belle arme que vous admirez? Vous êtes satisfaits de votre mentalité d'esclave?

Petrau | 16/01/2022 17:30

Il serait surtout pertinent que les occidentaux prennent conscience de l'avance russe en matière de vecteurs hypersoniques (missiles ou planeurs) quasi impossible à intercepter, et réagissent rapidement. La France de son côté a relancé les travaux sur les super- statoreacteurs et procédera sous peu, a priori au centre d'essai des Landes, a un essai d'un planeur baptisé Vmax.

Ismael | 18/01/2022 17:36

Côté américain, CNN a annoncé le 22 octobre que le dernier test de missile hypersonique de l’armée américaine avait échoué. La course à l’armement hypersonique s’intensifie donc. Le Pentagone risque-t-il de prendre du retard sur ses rivaux? Jean-François Geneste, PDG du Warpa et ancien vice-président et directeur scientifique d’Airbus, revient sur le test de missile chinois. Il explique qu’il s’agissait plus d’un lancement spatial que d’un missile hypersonique. "Le terme hypersonique est un peu galvaudé. Le vrai missile hypersonique, c’est le Zirkon russe, basse altitude, Mach 9, 2.000 km de portée… Les Russes font la différence entre des vrais missiles hypersoniques et des planeurs hypersoniques comme l’Avangard de Mach 27, à très haute altitude. Ce n’est pas tout à fait la même chose." Devant cette course à la suprématie hypersonique, on peut se demander quelle sera l’incidence sur les futurs conflits. "Je pense que la Russie et la Chine veulent empêcher les États-Unis de continuer à se projeter. Les Américains ont passé la dernière décennie à se projeter en dehors de leur territoire et ils ont un territoire qui est vierge de guerre." Le scientifique détaille les "deux aspects pour empêcher cette projection américaine": "Le premier aspect, c’est la guerre spatiale, d’où l’armée de l’espace américaine. L’autre aspect, un système qui est capable de tuer la flotte américaine. Je pense qu’avec des missiles hypersoniques, l’espérance de vie de la flotte américaine globalement est de l’ordre de 20 minutes dans un vrai conflit et sans puissance nucléaire. Les Russes par exemple pourraient nettoyer la flotte américaine très rapidement –en moins d’une heure– sans déclencher de guerre nucléaire

Ismael | 18/01/2022 17:38

Côté américain, CNN a annoncé le 22 octobre que le dernier test de missile hypersonique de l’armée américaine avait échoué. La course à l’armement hypersonique s’intensifie donc. Le Pentagone risque-t-il de prendre du retard sur ses rivaux? Jean-François Geneste, PDG du Warpa et ancien vice-président et directeur scientifique d’Airbus, revient sur le test de missile chinois. Il explique qu’il s’agissait plus d’un lancement spatial que d’un missile hypersonique. "Le terme hypersonique est un peu galvaudé. Le vrai missile hypersonique, c’est le Zirkon russe, basse altitude, Mach 9, 2.000 km de portée… Les Russes font la différence entre des vrais missiles hypersoniques et des planeurs hypersoniques comme l’Avangard de Mach 27, à très haute altitude. Ce n’est pas tout à fait la même chose." Devant cette course à la suprématie hypersonique, on peut se demander quelle sera l’incidence sur les futurs conflits. "Je pense que la Russie et la Chine veulent empêcher les États-Unis de continuer à se projeter. Les Américains ont passé la dernière décennie à se projeter en dehors de leur territoire et ils ont un territoire qui est vierge de guerre." Le scientifique détaille les "deux aspects pour empêcher cette projection américaine": "Le premier aspect, c’est la guerre spatiale, d’où l’armée de l’espace américaine. L’autre aspect, un système qui est capable de tuer la flotte américaine. Je pense qu’avec des missiles hypersoniques, l’espérance de vie de la flotte américaine globalement est de l’ordre de 20 minutes dans un vrai conflit et sans puissance nucléaire. Les Russes par exemple pourraient nettoyer la flotte américaine très rapidement –en moins d’une heure– sans déclencher de guerre nucléaire

Beynaud | 22/01/2022 10:12

Tout est terriblement passionnant et Effroyable.!!

Petrau | 03/02/2022 12:28

@Ismael. Je partage votre point de vue plein de bon sens.

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité