4
Défense
L'Allemagne pencherait pour le Chinook de Boeing-Airbus
L'Allemagne pencherait pour le Chinook de Boeing-Airbus
© Boeing

| Gaétan Powis 341 mots

L'Allemagne pencherait pour le Chinook de Boeing-Airbus

L'Allemagne cherche à remplacer sa flotte d'hélicoptères de transport lourds CH-53. Les Allemands disposent de deux options : le H-47 du consortium Boeing-Airbus ou le CH-53K de Lockheed Martin. D'après plusieurs journaux allemands, le Chinook de Boeing-Airbus aurait remporté ce contrat.

Le H-47 ou le CH-53K ?

En janvier 2021, le Ministère de la Défense allemand a officiellement lancé un appel d'offre pour trouver un remplaçant pour ses hélicoptères de transport lourds CH-53G. Le programme de remplacement, baptisé Schwerer Transporthubschrauber (STH), se concentre sur deux hélicoptères : le H-47 ou le CH-53K. En janvier 2022, la Luftwaffe faisait voler 80 CH-53G/GA/GS Sea Stallion.

Un CH-53K King Stallion trop cher

Lockheed Martin s'associe avec plusieurs entreprises autour de ce programme :

  • Rheinmetall et Resier pour la simulation et l'entrainement
  • Hensoldt pour les systèmes de guerre électronique
  • Vincorion
  • MTU pour les moteurs et leur maintenance
  • ZF
  • Collins Aerospace pour l'intégration avionique
  • Rohde&Schwarz pour les radios sécurisées
  • Autoflug pour l'aménagement cabine
  • Liebherr
  • Hydro pour les équipements de support à terre.

Il s'agit de la variante la plus moderne du Ch-53G. De nombreux analystes et journaux spécialisés en aéronautique ont misé sur la réussite de Lockheed Martin en proposant un appareil semblable (mais beaucoup plus moderne) que les hélicoptères lourds actuellement en service dans la Luftwaffe. Cependant, son prix est beaucoup plus élevé que prévu : avec un budget de 5 milliard d'euros, la Luftwaffe ne peut acheter que 40 King Stallion alors que le programme STH prévoit un achat de 60 hélicoptères.

Une préférence pour le Chinook

Il est proposé par un partenariat entre Boeing et Airbus (officialisé le 25 mars dernier). L'offre inclut aussi d'autres partenaires tels que AERO-Bildung GmbH, CAE Elektronik GmbH, ESG GmbH, Lufthansa Technik, Honeywell Aerospace et Rolls-Royce Deutschland. Le président de Boeing Allemagne a d'ailleurs précisé que cette offre devait créer en Allemagne 500 emplois hautement qualifiés.

Or, d'après plusieurs journaux allemands, il semblerait que le gouvernement allemand ait porté sa préférence sur cet hélicoptère. Deux facteurs auraient joué dans cette décision : le prix trop élevé du CH-53K par rapport au H-47 et le fait que de nombreuses nations européennes disposant d'hélicoptères lourds utilisent également des Chinook. Le gouvernement devrait annoncer au parlement allemand sa décision officielle très prochainement. Aucune information n'est encore disponible sur le nombre d'hélicoptères commandés.


Répondre à () :

JP | 27/04/2022 17:00

(JP). Il s'agit d'un hélicoptère Boeing. Le titre est trompeur.

| 28/04/2022 10:36

Si cet achat se confirme, la France ne sera-t-elle pas encore une fois l’otage de l’Allemagne? Il faudra bien qu'un jour, nous aussi, nous investissions dans ce matériel qui nous manque cruellement. Jamais Boeing et Airbus n’accepteront de délocaliser en France leur chaîne d’assemblage allemande. Il ne faut pas être naïf... La France payera pour donner du travail aux Allemands...

Flo | 28/04/2022 14:43

Il faut élargir sa vision : c'est l’Europe qui paye pour donner du travail à l’Europe!

JP | 02/05/2022 14:00

(JP). Même si la liste est longue des entreprises allemandes associées à ce potentiel contrat allemand notifié à Boeing, il s'agit, pour l'essentiel, de tâches d'intégration et de MCO. Il n'est pas prévu, ce qui conduirait d'ailleurs à des surcoûts conséquents, d'établir une chaîne de montage de H47 en Allemagne. La politique allemande est clairement d'acheter sur étagères aux États-Unis les équipements de défense sophistiqués dont elle a besoin, en échange (réel ou illusoire ?) du parapluie sécuritaire américain, via l'Otan. L'Allemagne ne voit dans la coopération européenne ( et tout particulièrement avec la France) qu'un moyen de développer son industrie. A voir l'abandon du MAWS, du Tigre MK3, l'enlisement du char MGCS, l'achat de F35 et les coups de butoirs donnés au Scaf pour en prendre de fait le leadership. Il serait temps que la France ouvre les yeux

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité