4
Défense
20 % de la flotte de B-2 Spirit en une photo
20 % de la flotte de B-2 Spirit en une photo
© Planet Labs

| Gaétan Powis 1392 mots

20 % de la flotte de B-2 Spirit en une photo

Une photo satellite disponible récemment permet de confirmer que quatre B-2 Spirit ont bien été déployé en Australie. Ces avions disposent d'une capacité à projeter une puissance de feu conséquente tout en évitant d'être repéré par les radars ennemis. Ces capacités font de la flotte de B-2 de l'USAF un élément central de la dissuasion nucléaire mais aussi classique des États-Unis. Ce tout premier déploiement en Australie est donc lourd de sens puisqu'en dehors du besoin de confirmer l'interopérabilité du B-2 avec la RAAF, il s'agit aussi d'envoyer une réponse aux menaces de la Chine dans le Pacifique en démontrant une capacité de déploiement rapide de moyens stratégiques.

20 % des B-2 sont en Australie

Le 28 juillet, les satellites de Planet Labs photographiaient la région du Queensland australien, en ce compris, la base aérienne d'Amberley (Queensland, Australie) de la Force aérienne royale australienne (RAAF). Il est en ressort une image des plus rares puisqu'il est possible de voir sur la partie nord de l'aéroport quatre bombardiers stratégiques B-2 Spirit. 

Il s'agit d'appareils appartenant au 509th Bomb Wing de la Force aérienne américaine (USAF), en provenance de leur base aérienne de Whiteman (Missouri, États-Unis). Bien que le contingent déployé n'est composé de seulement quatre bombardiers, il s'agit tout de même d'un cinquième de la flotte de B-2 de l'USAF et ce, déployés non pas sur une base américaine (comme Diego Garcia ou encore Guam) mais bien une base alliée.

Un rapprochement bilatéral depuis le Pivot sur le Pacifique

Les quatre B-2 s'entrainent actuellement avec les différentes composantes des Forces de Défense australiennes. Depuis la présidence Obama, les États-Unis et l'Australie se sont grandement rapprochés afin de contrer l'influence grandissante de la Chine dans le Pacifique. Cela passe par l'augmentation de la présence militaire américaine au sein de la base aéronavale de Darwin et divers déploiements, comme c'est le cas ici avec les quatre B-2 Spirit.

Deux appareils pour les entrainements

Au moins deux appareils devraient rester en Australie jusqu'à la fin du mois d'août afin de prendre part aux exercices Koolendong et Arnhem Thunder. C'est la toute première fois que l'USAF déploie des appareils de ce type en Australie. Ce sera justement l'occasion pour les ravitailleurs KC-30A (dénomination australienne de l'A330 MRTT) de ravitailler les B-2 afin de confirmer l'interopérabilité entre les deux forces aériennes autour de ces avions furtifs. C'est aussi l'occasion pour les différents personnels au sol de s'entrainer avec les B-2 en vue d'un éventuel futur déploiement : sécurité au sol, services d'incendies, ravitaillement en kérosène, soutien technique aux personnels de l'USAF, etc.

La base aérienne australienne d'Amberley (28 juillet 2022).
La base aérienne australienne d'Amberley (28 juillet 2022). © Planet Labs
La base aérienne australienne d'Amberley (28 juillet 2022).
En dehors des quatre B-2, il est possible d'identifier des KC-135 américains. La base est acceuille habituellement des C-17 et A330 MRTT australiens.
En dehors des quatre B-2, il est possible d'identifier des KC-135 américains. La base est acceuille habituellement des C-17 et A330 MRTT australiens. © Planet Labs (image satellite), Air&Cosmos (analyse)
En dehors des quatre B-2, il est possible d'identifier des KC-135 américains. La base est acceuille habituellement des C-17 et A330 MRTT australiens.

Deux avions supplémentaires face aux tensions avec la Chine

Très peu d'informations sur les deux autres B-2 déployés sont disponibles mais il est plus que certains qu'ils sont une réponse aux menaces chinoises du début du mois de juillet et tout particulièrement concernant les menaces sur la visite de Nancy Pelosi à Taïwan. Leur déploiement rapide démontre également la capacité de l'USAF à projeter des moyens stratégiques au sein de bases alliées éloignées : il s'agit d'un avion capable de pénétrer des espaces aériens fortement défendus grâce à son très haut degré de furtivité afin de délivrer des bombes nucléaires (dissuasion nucléaire), des munitions de précision (16 JDAM ou JASSM) ou encore 80 bombes lisses Mk 82 (dissuasion classique). De fait, tout déploiement de B-2 Spirit en dehors des exercices prévus est toujours lourd de sens.

Par ailleurs, du point de vue de la dissuasion nucléaire au sein de l'USAF dans la région indopacifique, il ne faut pas oublier qu'un certain nombre de B-2 se relaient sur la base aéronavale de Diego Garcia. Cette base est stratégiquement placée au centre de l’océan Indien et est un territoire dépendant du Royaume-Uni mais comprenant une base militaire américaine. En dehors de sa capacité à accueillir des B-1, B-52 et quelques B-2 (la base aérienne dispose de quatre hangars pouvant accueillir un Spirit chacun), elle est aussi équipée de bunkers pouvant entreposer des bombes nucléaires.


Répondre à () :

RAFALETIGER | 12/08/2022 17:11

Bonjour, mon P'ti' Âne Osset, pourquoi ne dis-tu pas à nos compatriotes que tu n'es pas français....! et que tes commentaires sont toujours ironiques et con-descendants à l'égard de la France...

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité