0
Espace
Un corps d’astronautes franco-chinois ? © Novespace

| Pierre-François Mouriaux

Un corps d’astronautes franco-chinois ?

[Poisson d'avril] L’astronaute français Jean-François Clervoy nous a confié que la Chine et la France pourraient avoir des ambitions communes dans les vols spatiaux habités.

La rencontre qui s’est tenue le 25 mars au Palais de l’Elysée entre Emmanuel Macron et le Président chinois Xi Jinping a donné lieu à deux accords spatiaux, dont le projet d’embarquer des expériences françaises à bord de la deuxième mission chinoise de récolte d’échantillons lunaires, Chang’e 6, en 2023-2024. L’information a largement été reprise dans les médias.

Mais les discussions auraient également porté sur une coopération dans les vols habités, les Chinois préparant leur grande station orbitale, Tiangong 3.

Ainsi, la constitution d’un corps d’astronautes binational aurait été évoquée entre le professeur Poï Son, président de l’Académie chinoise pour la recherche en physiologie, la Carp (Chinese Academy for Research in Physiology), et son homologue française, Molly Ramirezi.

Organisation à définir.

Les deux astronautes français actifs aujourd’hui appartenant au corps européen des astronautes (Léopold Eyharts et Thomas Pesquet) et n’étant pas forcément autorisés à coopérer avec la Chine au nom du Cnes, ce sont les anciens astronautes de l’agence spatiale française qui pourraient être mobilisés au départ.

Jean-François Clervoy, retraité de l’ESA depuis seulement quatre mois, aurait ainsi été approché pour définir l’organisation pratique de ce mariage entre la carpe et le lapin.

L’information, confidentielle, a d’abord été publiée dans le numéro d’Air & Cosmos du 29 mars. Jean-François Clervoy nous a autorisés à la diffuser sur Internet ce 1er avril... parmi nos trois poissons d'avril Espace du jour !

Astronautes Carp CNES France-Chine Jean-François Clervoy Taïkonautes Tiangong

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription