4
Espace
Surveillance de l’espace : le Commandement de l’Espace étend le contrat GeoTracker d’ArianeGroup
Surveillance de l’espace : le Commandement de l’Espace étend le contrat GeoTracker d’ArianeGroup
© ArianeGroup

| Pierre-François Mouriaux 697 mots

Surveillance de l’espace : le Commandement de l’Espace étend le contrat GeoTracker d’ArianeGroup

Le ministère des Armées renouvelle le contrat de service des données de positionnement, d’orbitographie et d’analyse assuré par ArianeGroup depuis 2017.

Au service de la SSA et la SST

GeoTracker est un service de surveillance spatiale optique fourni par ArianeGroup depuis 2017.

C’est l’un des systèmes dont dispose actuellement le Commandement de l’Espace (CDE) français pour ses capacités de surveillance SSA (Space Situational Awareness - Connaissance de la situation spatiale par l’utilisation de

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.


Répondre à () :

Petrau | 16/12/2021 12:07

Investir massivement dans l'espace et le cyberspace est un impératif majeur compte tenu de la vulnérabilité qui plane sur ces domaines essentiels à l'économie et à la défense aujourd'hui, ainsi que des "signaux" adressés par des adversaires potentiels qui ne laissent aucun doute quant à leurs intentions. Est-il bien pertinent de dépenser de l'énergie et de l'argent pour préparer la guerre d'hier en concevant un nouveau char lourd (difficilement avec nos amis allemands) et un nouveau porte-avions ?

V | 16/12/2021 12:39

Oui, c'est pertinent. La conquête d'un pays passera de toute manière, à un moment ou un autre par la voie terrestre. Elle ne peut pas se faire uniquement par l'économie ou l'informatique et maintenir notre savoir-faire techno. est indispensable (cf. en parallèle le retard pris sur le domaine nucléaire avec les centrales). Regardons la Russie avec l'Ukraine, la Chine avec Taïwan etc... Regardons également la conquête de l'Afghanistan par les russes ou la tentative de chasse des talibans par les occidentaux n'ont jamais pu se faire complètement car il y avait de la résistance au sol. Il faut par contre le budget pour pouvoir faire à la fois sur le tableau spatial, aérien, naval et terrestre. C'est un choix politique que l'Europe doit prendre à son compte tout comme le choix d'une politique commune avec la défense commune qui va avec. Par contre il faudra peut-être que les européens mettent un peu la main à la poche. Le débat est très vaste...

Petrau | 16/12/2021 15:00

@V. Je n'ai pas écrit qu'il fallait abandonner la voie terrestre, mais que la possession d'un char lourd ne me paraissait pas pertinente. Nous ne refererons pas la bataille de Koursk. Votre exemple de l'Afghanistan est intéressant. Les américains en ont été chassés par des fantassins armés pour l'essentiel de Kalachnikov et de lance roquettes.

V | 16/12/2021 16:13

C. pas faux. Votre raisonnement se tient. Mais tout dépend de ce que les autres ont en face (les russes par exemple) et l'effet psy. de la vison du char par l'ennemi a son petit effet...sans parler de son aspect très mobile asservi (cf. char Leclerc). Et Comme je le disais le débat est vaste...et je ne suis pas stratège...

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité