0
Les Dossiers d'Air&Cosmos
Retour sur les 50 ans d'Airbus (IV)
Retour sur les 50 ans d'Airbus (IV)
© Airbus

| Yann Cochennec

Retour sur les 50 ans d'Airbus (IV)

L'A330 est le gros-porteur le plus vendu de toute l'histoire d'Airbus. En mai 2019, il avait accumulé plus de 1 700 ventes depuis le lancement du programme en juin 1987. L'A330 poursuit désormais sa vie commerciale avec des versions remotorisées et améliorées.

L'A330neo lancé le 14 juillet 2014

Jamais un avion n’aura été si peu médiatiquement choyé par Airbus. Pourtant, c’est l’un des modèles les plus vendus de toute l’histoire du constructeur européen et il contribue largement, avec les familles A320, aux très confortables bénéfices de la division avions commerciaux. Vendu à plus de 1 700 exemplaires depuis le lancement des toutes premières versions en juin 1987, l’A330, qui se décline toujours en deux modèles, poursuit désormais une nouvelle vie en A330neo, alors que la production de l’A340 s’est arrêtée il y a maintenant plus de sept ans. C’est à 7 heures du matin, le 14 juillet 2014, qu’Airbus lance officiellement l’A330neo. A ce moment-là, le tout premier A350- 900 n’a pas encore été livré à son tout premier client, Qatar Airways, et le carnet de commandes des A330 de première génération compte 236 unités. Au rythme des cadences mensuelles du moment, cela ne représente que deux années de production. Trop court pour faire la jonction avec la montée progressive de la fabrication des A350. Sans oublier que l’A380 a entamé sa fin de cycle....

 

Une douce revanche

Une douce revanche pour celui qu’Airbus a présenté dès le départ comme « la version biréacteur » de l’A340. A ce dernier et ses quatre moteurs seront réservés toute la lumière et le prestige de la conquête du long-courrier. Dès la fin des années 1970, Airbus n’a que dix ans, mais plein de projets en tête. Cette conquête du marché long-courrier, alors dominé par Boeing et McDonnell Douglas, occupe tous les esprits des deux côtés du Rhin. C’est en effet l’étape ultime qui mènera d’ailleurs ensuite le constructeur européen jusqu’à l’A380. Au printemps de l’année 1980 commencent à sortir les premiers éléments sur le TA11, le futur A340,et le TA9, un biréacteur qui s’inscrit dans la lignée de l’A300B. Le futur A330 est alors pensé en deux versions,le TA9-100, qui prend 313 passagers sur une distance de 3 400 km,et le TA9-200, à la même capacité mais qui peut franchir 5 700 km. Les moteurs envisagés sont les General Electric CF6-80C1. A ce moment-là, Singapore Airlines et Thai Airways, toutes deux clientes de l’A300B4, ont annoncé le retrait progressif de leurs DC-10 sur leurs lignes moyen-courriers. Dans la ligne de mire d’Airbus, le marché de remplacement des DC-10 et Lockheed TriStar....

Paris-Marseille avec Air Inter

Néanmoins, le constructeur européen reste donc sur son schéma initial. A l’A340 le long-courrier, à l’A330 le court et moyen-courrier. L’objectif d’Air Inter est de remplacer progressivement les A300B2/B4 sur les routes les plus denses de son réseau. La mise en service commercial de l’A330 démarre officiellement le 17 janvier 1994 avec les premiers vols sur Marseille et Toulouse..... Pendant ce temps, le Boeing 767-300ER continue d’engranger les commandes. Boeing en vendra plus de 580 exemplaires au final. En novembre 1995, les 767, toutes versions confondues, ont dépassé les 700 ventes, alors que celles de l’A330 stagnent depuis maintenant plus de dix-huit mois. Airbus comprend que le marché se joue désormais sur la distance franchissable....

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription