0
Espace
Retour en vol du lanceur chinois Longue Marche 7A
Retour en vol du lanceur chinois Longue Marche 7A
© CAST

| Pierre-François Mouriaux

Retour en vol du lanceur chinois Longue Marche 7A

La deuxième tentative de lancement aura été la bonne pour le lanceur moyen de nouvelle génération, presque un an jour pour jour après l’échec de son vol inaugural.

Cause de l’échec non révélée

Le 16 mars 2020, la Chine avait procédé au premier vol d’une nouvelle version de son lanceur de moyenne puissance Longue Marche 7, dont la version standard, destinée à remplacer à terme les lanceurs Longue Marche 2, 3 et 4, était entrée en service en juin 2016 : le Longue Marche 7A, capable de placer jusqu’à 6 tonnes de charge utile sur orbite de transfert géostationnaire.

Le vol inaugural du LM7A s’était soldé par un échec, suite à la défaillance du troisième étage du lanceur, entraînant la perte du satellite « technologique » TJS 6, destiné à l’orbite géostationnaire.

Les causes de cet échec n’ont jamais été dévoilées officiellement.

 

Surveillance de l’environnement spatial

Pour ce retour en vol, c’est de nouveau un satellite de « démonstration technologique », Shiyan 9 (Expérience 9), qui a été embarqué. Il serait dédié à « la surveillance de l’environnement spatial ».

Probablement construit par la société DFH Satellite, filiale de l'Académie chinoise de technologie spatiale (Cast), Shiyan 9 pèserait environ 7 tonnes au décollage.

Le lancement est intervenu le 11 mars (presque un an jour pour jour après l’échec du vol inaugural du LM7A), depuis le centre spatial de Wenchang, sur l'île méridionale de Hainan, et la charge utile a correctement été placée sur orbite de transfert géostationnaire.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription