1
Aviation Civile
Pas de trève des confiseurs chez Air France
Pas de trève des confiseurs chez Air France
© Air France

| yann cochennec

Pas de trève des confiseurs chez Air France

Jean-Marc Janaillac, le président d'Air France/KLM, avait prévenu dès le départ que les choses seraient difficiles. Lors de son audition devant les députés, membres de la Commission pour le développement durable, Jean-Marc Janaillac avait même évoqué de "nouvelles turbulences sociales" avec les syndicats de navigants commerciaux et techniques sur les efforts de productivité supplémentaires demandés à ces catégories de personnels.

"Les syndicats d'hôtesses et de stewards ont fait savoir que les efforts de productivité demandés étaient inacceptables", raconte Le Figaro. "L'accord d'entreprise des navigants commerciaux d'Air France arrive à échéance fin février. Le prochain, actuellement en discussion, prévoirait un gain de productivité de 7,5 % sur cinq ans, soit 1,5 % par an", précise le quotidien.

Et de poursuivre : "plusieurs syndicats contestent le chiffrage des efforts demandés. Les efforts demandés sont plutôt de l'ordre de 25 à 30 % sur cinq ans, assure Christophe Pillet du SNPNC-FO. De son côté, Florence Arrighi, présidente de l'Unac,..... évoque le ressenti inacceptable de son syndicat à la lecture des premières propositions indécentes et provocatrices".

"Les trois syndicats représentatifs restent inflexibles : nous avons toujours affirmé à la direction que nous ne voulions pas faire d'efforts supplémentaires, et que les PNC en général souhaitent même des améliorations de notre accord actuel, écrivent dans un tract l'Unsa et le SNPNC en dénonçant une déclaration de guerre", conclut l'article du Figaro.

Au delà des traditionnels effets de manche qui sont à la fois le prélude et le tout venant de toute négociation entre syndicats et direction, il est clair que navigants commerciaux et navigants techniques d'Air France n'ont toujours pas pris la mesure des enjeux qui se posent à leur compagnie aérienne qui va très vite être rattrapée par la hausse des prix du carburant.

Répondre à () :


Captcha
Avevy.DRAPO | 30/12/2016 00:08

Bonsoir, Franchement, cette compagnie ne peut plus que disparaître, avec tous les drames que cela va engendrer. Comment est-il possible que toutes ces élites syndicales et les personnels eux-mêmes n'aient pas encore "pris la mesure des enjeux qui se posent à leur compagnie aérienne", comme le conclut très bien cet article. Mais dans quel monde vivent-ils donc ? Egocentrisme d'abord. Il suffit de passer 3 minutes à sérieusement analyser comment fonctionnent les compagnies directement concurrentes ... mais ces syndicalistes n'en sont pas capables ! Ite missa est.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription