0
Aviation Civile
Open Sky entre l’Union Européenne et la Tunisie
Open Sky entre l’Union Européenne et la Tunisie
© Tunisair

| Gilson

Open Sky entre l’Union Européenne et la Tunisie

En quête de relance de son industrie touristique, la Tunisie consent enfin - et malgré quelques réticences - à ouvrir son ciel aux transporteurs de l’Union européenne. Selon les termes de l’accord aérien conclu ce lundi entre la Tunisie et l'Union Européenne, tous les aéroports tunisiens seront ouverts au trafic international, excepté l'aéroport Tunis-Carthage qui ne sera pas inclus dans cette convention pendant cinq ans. Le temps de permettre à la compagnie nationale de s'y préparer et de consolider sa capacité compétitive aujourd’hui encore faible.

La signature du traité est prévue au printemps 2018 pour une mise en œuvre en mars ou avril de la même année.

La Tunisie attend beaucoup de cet accord. Le document signé lundi précise que l'augmentation conséquente du nombre de vols engendrera la création d'emplois et de richesses pour l'ensemble des partenaires et pourrait être à l'origine de 2,7 % de croissance du PIB liée aux voyages et au tourisme. La l'accroissement du trafic annuel pourrait atteindre près de 13 % par an. Du côté de l’Union, on invoque quelque 800 000 passagers supplémentaires sur une période de 5 ans.

Et la Tunisie de rêver au sort du Maroc où l’arrivée en masse des compagnies low cost a dopé le tourisme pendant que le transporteur national Royal Air Maroc adoptait une mue qui a fait d’elle un fleuron africain.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription