37
Espace
OneWeb se tourne vers SpaceX
OneWeb se tourne vers SpaceX
© SpaceX

| A Washington, Pierre-François Mouriaux 248 mots

OneWeb se tourne vers SpaceX

Le salon Satellite 2022 à Washington s’est ouvert sur l’annonce que le déploiement de la constellation de l’opérateur indo-britannique se poursuivrait avec l’aide de la société d’Elon Musk.

OneWeb à nouveau fragilisé

Nous savions l’opérateur indo-britannique OneWeb dans une fâcheuse position, seize mois après avoir échappé à la banqueroute, la Russie ayant décidé le 2 mars de stopper le déploiement de la constellation OneWeb pour l’internet global, alors qu’il restait encore six missions à effectuer d’ici la fin

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.


Répondre à () :

Lecoq | 22/03/2022 12:41

C’est sur que se tourner vers ariane ce serait idiot … l’europe c’est vraiment un amalgame de tête de noeuds

Hannosset | 22/03/2022 12:59

Business is Business !

Julie | 22/03/2022 13:27

"On ne sait pas combien de satellites OneWeb doivent être lancés par Space X", mais on sait déjà que la société allemande OHB (qui a été exclue du marché dès 12 premiers satellites Galileo partagé 50 /50 entre Thales et Airbus) manœuvre en coulisse (avec le soutien du gouvernement allemand ?) pour que les premiers Galileo 2G soient lancés par SpaceX et les suivants par le futur lanceur de sa filiale Rocket Factory Augsburg, excluant de fait Ariane 6, alors que ce lanceur européen fait l'objet d'un accord entre l'ESA et L'UE pour lancer tous les satellites institutionnels européens. L'Europe spatiale a du plomb dans l'aile....

Julie | 22/03/2022 13:34

Je parle des satellites Galileo 2G bien sûr. Les 1G avaient été confiés à OHB dans des conditions étranges étant donné que ce constructeur n'avait aucune expérience en la matière et qu'il avait dû faire appel à ses concurrents malheureux (Thales et Airbus) pour l'assister dans la mise au point de ses satellites.

Lecoq | 22/03/2022 13:38

L’Allemagne aux manettes, pour tout accaparer, avec la benediction des américains. Ce n’est pas ‘business is business’ ca s’appelle de la traitrise. Qu’attendre d’autre des allemands et des anglo-saxons …

Julie | 22/03/2022 14:10

Toute L'UE est à revoir. Il faut sortir de la naïveté. Sans destin commun, il n'y a plus d'Europe. C'est l'œuvre de Monet, d'Adenauer, de De Gasperi, ... que l'on détricote méticuleusement. Quelle tristesse.!

Hannosset | 22/03/2022 17:59

Votre "peur" de l’Allemagne me paraît déraisonnable. L’Europe a été bâtie sur UN principe majeur : celui de la libre CONCURRENCE entre les entreprises ! Il ne faut jamais l’oublier. "Business is Business", on ne fait pas de sentiments, tous les coups (légaux) sont permis, il suffit juste d’être le meilleur, le premier et pas beaucoup plus cher que les autres. Il est vrai que l’Europe a progressivement oublié ce principe fondateur de la concurrence pour sombrer dans la déviance du "juste retour" mais aujourd'hui elle a compris son erreur et revient à ce qui a fondé sa création. Il n’y aura bientôt plus de favoritisme (ou de protectionnisme...) et toutes les entreprises Européennes ont leur chance ! Il n’y a vraiment aucune raison que cela vous fasse peur.

Hannosset | 22/03/2022 18:16

@Julie. Vous me surprenez encore une fois... L’Europe n’arrête pas d’évoluer. En 1957, 6 pays ont créé le "Marché Commun". Cette "Europe" a été revue une première fois, lors de la création de la CEE. Elle a encore été revue, lors de la création de la CE. Le 1er décembre 2009, (traité de Lisbonne) les pays membres de la CE ont décidé de renoncer à leur souveraineté dans la plupart des domaines, pour créer un état fédéral (les juristes Français préfèrent dire une autorité supérieure sui generis...) Comment pouvez vous dire que l’Europe doit être revue ???

Hannosset | 22/03/2022 18:20

@julie. Aujourd'hui, c’est l’UNION EUROPÉENNE, plus le marché commun, la CEE ou la CE !

Lecoq | 22/03/2022 20:16

Faux : l’allemagne defend un principe de boutiquier, et fait main basse sur tous ce qui peut rapporter de l’argent. Faire avancer l’europe est le dernier de leur soucis.

Hannosset | 22/03/2022 21:37

Tu n’as pas tort et personne ne dira le contraire. L’Europe de la concurrence c’est chacun défend sa boutique et le meilleur gagne. Tu croyais quoi ?

Hannosset | 22/03/2022 21:48

Je viens de relire tes traités Européens (pas totalement!). La concurrence c’est le meilleur gagne et les les perdants ne peuvent pas être "sauvés" par leur pays. Où est le problème?

Hannosset | 22/03/2022 22:05

Aujourd'hui, tout le monde (aux niveaux politique et industriel) est d’accord pour dire que pour avancer l’Europe DOIT avancer avec les meilleurs et tant pis pour les autres. Ça, c’est un acquis de le 1789 ! Après réflexion, en 1793, vous avez sauvé le perdant Louis XVI ou vous lui avez coupé la tête? En 2021, c’est pareil. Vae victis comme disait l’autre.

Loufi | 23/03/2022 08:46

Le problème cher troll Étienne, c'est que tout les autres pays du monde protègent leurs entreprises et leurs marchés . Sauf en Europe ou il est normal d'ouvrir (et donner) son marché aux autres (chinois, us) pendant qu'on achète chez les autres (merci les enveloppes style LM)

Loufi | 23/03/2022 08:46

Le problème cher troll Étienne, c'est que tout les autres pays du monde protègent leurs entreprises et leurs marchés . Sauf en Europe ou il est normal d'ouvrir (et donner) son marché aux autres (chinois, us) pendant qu'on achète chez les autres (merci les enveloppes style LM)

Hannosset | 23/03/2022 10:31

@loufy. Désolé mais ce que tu écris est faux. Pour t’en convaincre, je te renvoie aux règles de l’OMC.

BYou | 23/03/2022 01:02

La mauvaise gestion d'ArianeGroup et de l'ESA s'avère profitable pour Spacex. L'Europe a rejeté les lanceurs réutilisables et les réformes de retour géopolitique et maintenant pendant la crise, Ariane 6 et Vega-C sont exposés tandis que le Falcon 9 est récompensé par la réutilisation et la logistique à domicile. Longue liste de clients pour le balai américain. Remerciements à Alain Charmeau, André Hubert Roussel, Stéphane Israel, Thierry Breton et Jan Worner.

Julie | 23/03/2022 08:20

@BYou. Le rejet du réutilisable a été une erreur majeure des européens. En son temps, les américains se sont également égarés avec la navette spatiale. Mais l'accélération vers le réutilisable a enfin été décidée en Europe (cf. le moteur Promethee, l'étage Themis et le lanceur de Maiaspace, sans compter les différents projets de micro lanceurs). Il reste un fléau qui mine tous les projets aerospaciaux et militaire en Europe : la règle du juste retour qui fait fi des compétences, allonge les délais et les coûts. Une absurdité absolue qui peuvent pousser ceux qui veulent avancer à prendre d'autres chemins.

Hannosset | 23/03/2022 10:45

@julie. L’Europe a enfin compris maintenant que la règle du "juste retour" était une aberration économique et un protectionnisme déguisé. Comme vous avez pu vous en rendre compte à la lecture des dernières décisions de la Commission Européenne, l’Europe a maintenant résolument opté pour la mise en concurrence de ses entreprises et ensuite des achats groupés décidés par elle. A cet égard, il faut souligner le travail durant 5 ans de la France qui a montré l’exemple en achetant du matériel militaire allemand, italien ou belge, par exemple. Pour le reste, je suis d’accord avec votre commentaire.

BYou | 23/03/2022 09:23

@Julia Europe a désespérément besoin d'un système opérationnel Blue Origin. Tout est construit dans une seule usine à Kourou. Moteur, carénage, systèmes, intégration et lancement sans la coûteuse croisière autour de l'Europe et à travers l'Atlantique. Maiaspace est un pas dans la bonne direction mais les performances de conception sont déjà inférieures à Falcon 9. C'est une excuse des ministres pour justifier le coût et l'acquisition d'Ariane 6 et pour sauver la face au public.

Julie | 23/03/2022 11:45

Vous faites erreur. Il n'y a que les propulseurs à poudre qui sont, pour partie, fabriqués à Kourou. Tout le reste, c'est-à-dire l'essentiel est fabriqué en Europe. Par contre, l'assemblage de l'ensemble des fusées , et pour cause, est réalisé à Kourou. Bien cordialement.

Hannosset | 23/03/2022 11:57

Je crois que Julie a raison...

MLK | 23/03/2022 10:18

J'aimerai voir la tête à stéphane israel et ses potes... "le réutilisable n'est pas éprouvé ; nous on joue la carte de la précaution et de la fiabilité ; quand les coûts sont bas la qualité en souffre ; Ariane 6 sera compétitif face à Falcon 9" bla bla bla Chacun se rassure comme il peut. A force de vous la raconter vous vous êtes faits laminer... C'est le parfait exemple de l'arrogance... aucune vision, aucun leadership, nada. Il fallait bouger son c__ et pousser le développement de lanceurs réutilisables et surtout être à 100% indépendants des russes. Félicitations à SpaceX.

BYou | 23/03/2022 12:04

@julie J'ai dit qu'ArianeGroup avait besoin d'une installation à Kourou pour tout construire, pas seulement des boosters. Ariane 6 nécessite 600 entreprises de 13 pays différents. Exactement la même configuration logistique qui nuit aux affaires maintenant.

Hannosset | 23/03/2022 12:21

Ce qui nuit avant tout à l’aéronautique spaciale Européenne c’est le monopole de "ArianeGroup". Et malheureusement, monsieur Israël déteste la concurrence...

Julie | 23/03/2022 13:29

Il fallait comprendre votre propos comme un souhait. OK. J'ai eu la chance de visiter le CSG à Kourou. Admettons que l'on puisse construire et exploiter une gigantesque usine dans une zone tropicale. Mais autour de Kourou, il ne se trouve aucune installation industrielle à même de fournir une usine de fusée en "composants élémentaires" (métaux, plastiques, composants électroniques, éléments mécaniques,...). Il faudrait faire tout venir d'Europe via des flux logistiques également coûteux. Sans oublier le besoin en grand nombre de personnels techniques très qualifiés et de PME de sous traitance. A moins de construire un combinat à la mode soviétique, mais je ne crois pas que vous pensez à cela Kourou est au milieu de la forêt amazonienne. Elon Musk dispose d'installations au cœur des États-Unis. Cela fait quand même une différence

Hannosset | 23/03/2022 13:36

@julie. 👍👍👍

BYou | 23/03/2022 13:43

@Julia Même avec des installations au cœur des États-Unis, les composants peuvent être livrés par véhicule en quelques heures ou quelques jours. Les pièces arrivent à Kourou via une croisière d'une semaine. Le coût de cette croisière sera certainement répercuté sur le client en tant que coût de fonctionnement. En retour, augmenter le prix de lancement global. Découvrez l'installation New Glenn de Blue Origin à Cap Canaveral. New Glenn est en cours de construction à côté du site de lancement. Pas à des milliers de kilomètres.

Hannosset | 23/03/2022 17:42

L’idéal serait évidemment de transférer l’équateur en Europe. Ça permettrait d’éviter de devoir transférer la fusée par bateau... Ou, mieux encore, transférer l’Europe en Guyane... Pffffff....

Julie | 23/03/2022 14:14

Je pense, mais ce n'est que mon avis, qu'une unique usine en Europe sur le modèle des usines de Jeff Bezos ou d'Elon Musk , près d'un port autant que possible serait préférable. Il ne resterait que le transport de fusées complètes (qui pourraient être regroupées par lot afin de diminuer le coût de transport unitaire). C'est imaginable mais (malheureusement ?) guère envisageable dans une Europe de 27 pays où l'intérêt commun ne prévaut que rarement devant l'intérêt individuel. Mais rêvons un peu, les choses peuvent évoluer avec le temps.

Hannosset | 23/03/2022 17:48

Pourquoi pas ? Il resterait à convaincre tous ceux qui travaillent pour l’industrie aéronautique spaciale Européenne d’émigrer à Roterdam...

Bontemps | 23/03/2022 14:51

Je ne me rappelle pas depuis quand j’ai lu un fil de discussion intéressant sur le net , bravo. A mon petit niveau : a 15 c’était dur !, à 27 ?… L’erreur du non réutilisable , ce manque de remise en cause de nos Zélites ( sans faute !!) .

Hannosset | 23/03/2022 17:55

Pourtant à 15, il fallait l’UNANIMITÉ (et parfois Malte opposait son veto...) Maintenant, depuis le traité de Lisbonne, la majorité qualifiée suffit (sauf dans certaines matières.) Il est vrai que le Président Européen actuel, Ch. MICHEL, essaye toujours de dégager un consensus, mais parfois "ils votent" ...

BYou | 24/03/2022 00:51

@HANNOSSET, il serait plus facile d'admettre que notre système actuel est inadéquat et n'est pas conçu pour les temps actuels et que des changements doivent être apportés. Les Américains n'ont pas accès à l'équateur et pourtant cela n'interrompt pas les affaires. Les américains ont accès à ULA, Spacex, RocketLab et bientôt Blue Origin et Firefly. L'Europe fait tout pour protéger une Ariane 6 obsolète qui n'a pas encore volé et dont il n'est pas garanti qu'elle soit prête à être mise en service à tout moment dans un avenir proche. Quel est le plan d'urgence si quelqu'un d'imprévu se produit pendant le premier vol ? Réponse : Un autre retard de plusieurs années.

Hannosset | 24/03/2022 09:17

Je suis d’accord avec vous pour dire qu’une des grandes forces des USA, notamment de le domaine de l’aéronautique spaciale, est la CONCURRENCE entre les "constructeurs". En Europe, l’ESA n’a que deux "clients constructeurs", ArianeGroup et Avio, qui sont 100% indépendants l’un de l’autre. Oui, l’UE devrait stimuler la création de nouveaux concurrents !

BYou | 24/03/2022 10:02

@Hannosset Correct. Malheureusement, lors du récent sommet européen de l'espace 2022, l'ESA et ArianeGroup envisagent déjà de collaborer avec ISAR Aerospace, Hyimpulse et Rocket factory. Tout comme l'industrie aéronautique américaine, je flaire une future consolidation afin de réduire la concurrence. Si ArianeGroup a besoin de nouvelles inspirations, achetez la concurrence.

Hannosset | 24/03/2022 10:38

@Byou. C’est effectivement un risque et c’est pourquoi les entreprises allemandes devraient développer une concurrence intra Européenne.

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité