0
Espace
Nouvel échec au lancement en Iran ?
Nouvel échec au lancement en Iran ?
© Planet & James Martin Center for Nonproliferation Studies at Middlebury Institute of International Studies

| Pierre-François Mouriaux 274 mots

Nouvel échec au lancement en Iran ?

Le 12 juin, l'Iran aurait échoué dans une nouvelle tentative de lancement orbital, selon le Ministère de la Défense américain. Téhéran dément l’information.

Quatrième échec en quatre ans ?

L’information, en provenance du Pentagone, attribuerait un nouvel revers au lancement au petit lanceur Simorgh (Safir 2), « lanceur de deuxième génération dont les moteurs sont d’inspiration nord-coréenne » selon la description des militaires américains, que les Iraniens tentent de faire voler depuis juillet 2017 – indépendamment du lanceur Qassed SLV, développé par les Gardiens de la révolution islamique –, toujours sans succès : quatre échecs pour quatre tentatives de vol orbital.

Le nouvel essai aurait eu lieu le 12 juin depuis le centre spatial de Semnan, à environ 300 km à l’est de Téhéran.

 

Regain d’activité

Le 1er juin, un satellite d’observation de la Terre de la société américaine Planet aurait permis de constater une activité sur le site, correspondant aux préparatifs d’un lancement imminent – avec notamment la présence d’un grand nombre de véhicules et de réservoirs de carburant.

L’une des images réalisées par le satellite est ici annotée par les experts du James Martin Center for Nonproliferation Studies du Middlebury Institute of International Studies.

Des images plus récentes confirmeraient une baisse d’activité notable, signe que le lancement a bien été effectué.

 

En marge des négociations sur l’accord de 2015

Les autorités iraniennes nient en bloc ce nouvel échec : « Les deux satellites du ministère de la communication, Nahid et Pars, sont entre les mains de l’agence spatiale » iranienne, a aussitôt déclaré le ministre des Télécommunications Mohammad Javad Azari Jahromi, cité par l’agence officielle Irna.

L’affaire intervient alors que les États-Unis et l’Iran négocient un retour mutuel à l’accord nucléaire de 2015, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint, qui était censé limiter le programme nucléaire de Téhéran en échange d’un allègement des sanctions.

Répondre à () :


Captcha
Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription