0
Espace
Mike Pence au congrès Satellite 2019 : un discours fort mais sans nouveauté © P.-F. Mouriaux / Air & Cosmos

Mike Pence au congrès Satellite 2019 : un discours fort mais sans nouveauté

Le vice-président des Etats-Unis, invité d’honneur du congrès Satellite 2019 de Washington, a réaffirmé le 6 mai les nouvelles ambitions américaines dans l’espace et la mise en place prochaine de la Space Force.

Présence des services secrets et rondes régulières de maîtres-chiens depuis l’aube, installation de portiques de sécurité, fouille complète des sacoches des participants et plus de 45 minutes de queue : le dispositif de sécurité était particulièrement impressionnant avant l'intervention du vice-président des Etats-Unis, qui a eu lieu le premier jour du congrès Satellite 2019, organisé du 6 au 9 mai au centre de congrès Walter E. Washington de la capitale fédérale.

Durant 15 minutes, devant plus de 300 spécialistes du secteur spatial réunis autour d’un déjeuner offert par United Launch Alliance, Mike Pence a tenu un discours particulièrement nationaliste, ignorant totalement (volontairement ?) la présence de non-Américains dans l’auditoire.

 

« Les meilleurs jours sont pour l’Amérique »

Mike Pence a rappelé (et tenté de faire applaudir) la vision de Donald Trump à propos de la place dominante des Etats-Unis dans l’espace, précisant que les activités de pointe n’avaient jamais autant occupé d’emplois dans le pays. « Nous sommes fiers de notre industrie spatiale privée aux Etats-Unis », a-t-il lancé, avant de demander aux dirigeants des sociétés de lancement présents dans la salle (Tory Bruno pour ULA, Gwynne Shotwell pour SpaceX et Bob Smith pour Blue Origin) de se lever, pour une ovation spéciale.

Le vice-président préside le Conseil national de l’espace depuis son rétablissement en juin 2017, et affiche un réel intérêt personnel pour les lancements : il dit passer ses vacances en Floride, non pas pour ses plages mais pour pouvoir assister à des lancements de fusées avec ses enfants.

Le politicien a clairement répété que, d’ici cinq ans, « la première femme et le prochain homme sur la Lune seront américains ». Il a terminé son discours en déclarant que la Space Force serait bientôt une réalité.

Mais, au-delà d’un discours volontaire, qui a visiblement fait mouche (en tous cas parmi les premiers rangs et les invités américains), aucun détail n’a été apporté sur les moyens, notamment financiers, accordés pour permettre un retour sur la Lune ou mettre en place la Space Force.

Etats-Unis Mike Pence POLITIQUE SPATIALE Satellite 2019

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription