6
Actu RH
Les métiers cachés d’un aéroport
Les métiers cachés d’un aéroport
© Groupe ADP

| Lucas Charoff

Les métiers cachés d’un aéroport

Blog Air&Jobs - L’augmentation du trafic aérien pousse de nombreuses plateforme aéroportuaires à se développer, au point de devenir des noeuds de trafic, couramment appelé “hub”. Pour encaisser l’évolution de ce trafic et assurer le bon fonctionnement de l’aéroport, de nombreux corps de métier sont mis à contribution et ne sont pas forcément ceux auxquels on pense à première vue.Nous en avons listés quelques-uns, des plus connus aux plus spécifiques et avons répertorié les formations à suivre pour accéder à ces métiers.Petit tour de piste !

 

Les métiers dits “opérationnels”

On considère comme “opérationnels” les métiers concernés par le coeur d’activité d’un aéroport, c’est-à-dire, qui entrent en contact directement avec les aéronefs et leurs équipages.
Parmi eux, les contrôleurs aériens, les agents de pistes, les agents d’opération ou les agents de trafic.

Les agents de pistes sont chargés de guider les avions jusqu’à leur point d’embarquement, c’est-à-dire, le point où la porte de l’avion et de la passerelle se rencontrent pour permettre l’embarquement des passagers.
Il est également chargé d’assurer la vérification du bon état du fuselage de l’avion et aide à charger et décharger les bagages des passagers grâce à des véhicules spécifiques.

Ils prêtent en effet assistance à d’autres agents comme les bagagistes, conducteurs d’engins ou magasiniers qui, comme lui, se chargent des activités au sol de l’avion.

Ces métiers comportent quelques spécificités comme des horaires décalés, un environnement de travail à risque et la nécessité d’être motorisé pour se rendre sur son lieu de travail, à l’aéroport.
Un CAP et un casier judiciaire vierge vous permettra d’accéder à ce type de poste. Une formation prodiguée par l’aéroport ou par la société sous-traitante, permet aux agents de s’adapter et de se former aux contraintes propres à ce milieu.

Les agents de trafic sont les superviseurs des opérateurs que nous venons d’évoquer. Leurs missions consistent à gérer et à coordonner ces opérations au sol et à s’assurer que l’avion s’envolera dans les délais impartis. Il joue un rôle essentiel lorsque l’avion est au sol et assure la bonne conduite des opérations comme le guidage, le dégivrage de l’avion, la conduite de la passerelle ou l’accompagnement de l’avion lorsqu’il est en mouvement.
Son rôle consiste également à trouver des solutions suite à d’éventuels problèmes techniques ou humains rencontrés par l’équipage, les passagers ou par les agents qu’ils supervisent.

Pour accéder à ce métier, une licence Bac +3 accompagnée d’une formation en interne est nécessaire.
Des écoles privées proposent également des cursus pour devenir agent de piste comme Safe Handling Training, ESMA ou Horizon Academy par exemple.

Les agents d’opérations sont les chefs d’orchestre des opérations au sol.
Ce sont eux qui coordonnent toutes les opérations au sol (refueling, déchargement fret, centrage de l’appareil…) et assurent la planification du vol. Ils rentrent donc en relation avec l’équipage pour leur préciser le plan de vol et toutes les données techniques liées aux opérations (centrage, quantité de carburant nécessaire, répartition des bagages en soutes et des passagers…).

Devenir agent d’opération nécessite d’avoir de solides connaissances techniques et météorologiques. L’ESMA et l’ENAC sont les deux écoles qui proposent des formations permettant d’accéder à ce métier.

Enfin, les aiguilleurs du ciel sont également des agents opérationnels. Ils sont chargés de guider les avions en l’air et au sol en respectant les règles de sécurité liées au trafic.
Si vous souhaitez en savoir plus, retrouvez notre article détaillant toutes les missions et formations à suivre pour devenir contrôleur aérien.

Les métiers commerciaux et de sécurité

Outre les agents de vente, que vous pourrez croiser si vous êtes amenés à acheter un billet d’avion sur place, d’autres fonctions dites “commerciales” existent dans un aéroport.

Parmi elles, les agents d’escales qui supervisent l’accueil, l’embarquement et la relation-client avec les passagers.
Ils travaillent directement pour la compagnie qu’aura choisit le passager pour son voyage et sont en première ligne pour les accueillir et répondre à des besoins spécifiques (passager handicapé, jeune voyageur non accompagné, bagage perdu….). Ils sont également chargés de vérifier que tous les voyages sont bien enregistrés à bord et que le nombre de passager indiqué correspond à ceux qui se présentent en porte d’embarquement.

Doté d’un bon sens relationnel, les agents d’escales suivent généralement des formations internes assurées par la compagnies pour laquelle ils travaillent. Pour être retenus, ils doivent être titulaires d’un DUT (le plus souvent techniques de commercialisation), d’un Bac ou d’un BTS tourisme.

Enfin, pour maintenir l’aéroport dans des conditions de sécurité optimale, des agents de sûreté sont déployés dans toutes les zones à risque, et participent au contrôle et à la surveillance des passagers en travaillant notamment avec la PAF (Police au Frontière).
Ils sont déployés en zone d’embarquement et procèdent aux fouilles des bagages et des passagers. Ils sont également déployés aux abords des pistes pour assurer le périmètre de sureté de l’aéroport contre d’éventuelles intrusions.

Ils doivent être titulaires d’un baccalauréat et d’un Certificat de Qualification Professionnel (CCP) et suivent pour la plupart des formations internes pour s’adapter aux conditions requises dans le milieu aéroportuaire.

Toujours dans le domaine de la sécurité, les déclarants au douane s’assurent que les marchandises embarquées et débarquées en soute sont conformes aux lois en vigueur dans le pays. De solides compétences juridiques sont exigées et un niveau d’anglais assuré. Une licence de droit ou un DUT Commerce International suffisent pour accéder à ce métier.

La partie fret

Outre les terminaux dédiés aux passagers, une zone aéroportuaire compte généralement en son sein une zone de fret. C’est dans celle-ci qu’on charge et décharge les marchandises en provenance et à destination du monde entier.

Pour assurer cette logistique, de nombreuses personnes sont mises à contribution. Parmi elles, les manutentionnaires ou magasiniers, qui déchargent et trient les produits placés en soute dans les avions cargos, selon leurs catégories (liquides, produits dangereux, alimentaires, animaux…) dans des entrepôts dédiés.
Leur formation est prise en charge par les entreprises qui les embauchent, ce qui leurs permets par la suite de manipuler les produits qui leur sont confiés et de conduire des engins de levage.

Les responsables de ces magasiniers sont les chef de services logistiques (ou logisticien). Ils se chargent de contrôler les stocks et assurent le fonctionnement opérationnel des entrepôts et de leurs équipes. Un diplôme de DUT logistique ou un BTS transport permet d’accéder à cette filière.

La gestion des flux entrants et sortants des marchandises est assurée par les agents d’opérations import/export. Ils renseignent les clients et entreprises utilisant les services de fret et contrôle les arrivées et départs des marchandises transitant par leurs services. La plupart des agents d’import/export ont eux-mêmes été des chefs de services logistiques. Leur formation est donc similaire.

Les autres métiers

Un aéroport est une zone économique dans laquelle beaucoup d’acteurs jouent un rôle. Parmi eux les commerçants, chauffeurs de taxis, hôteliers, ou encore les agents de nettoyage participent au confort et au services des passagers.
Cette variété de métiers offre donc des voies supplémentaires pour s’insérer dans l’économie d’une zone aéroportuaire.

Filières d’accès au métier

Vous pourrez retrouver plus d’informations sur le site des principaux employeurs de ces métiers, à savoir les plateformes aéroportuaires françaises (Aéroport de Paris, Nice, Toulouse, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Montpellier)
Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des formations à suivre pour accéder aux métiers cités dans cet article :

logo reduit1.png
logo reduit1.png ©
logo reduit1.png

Répondre à () :


Captcha
Cécile | 28/04/2020 14:43

Bonjour, Il y a en effet de nombreux métiers qui ne sont pas ou peu connus du public dans les aéroports. Une remarque cependant: L'agent de trafic établit les documents de masse et centrage pour les pilotes, il planifie le chargement. Il coordonne tous les intervenants au cours d'une escale. On l'appelle aussi dispatcher ou "coordo". L'agent d'opérations sur un aéroport supervise les opérations et les agents de trafic pendant son "shift". L'agent d'opérations existe aussi dans les compagnies aériennes. Il est alors chargé de préparer les plans de vol pour les pilotes, d'établir les briefing météo et de suivre les opérations de la compagnie en temps réel (réajuster les plans de vol, autorisations de survol si besoin, modifications de routes...). Pour plus de détails sur les agents de trafic: www.lepostedusol.fr

norget | 28/04/2020 20:22

Les mécaniciens ont disparus ? Surement le progrès ...

lucas | 29/04/2020 11:09

L'article est disponible sur Air&jobs.com: http://blog.airnjobs.com/comment-devenir-mecanicien-aeronautique/. Bonne journée à vous ;)

robert | 29/04/2020 07:16

juste pour info vous avez oublié le sslia( pompier) qui sans eux la structures serait fermée... oupps c balot

correcteur | 29/04/2020 14:17

Il pique un peu les yeux cet article au niveau orthographe.... "horaires décalées", "la surveillances", "la sécurité optimales", "des personnes mis à contribution",....j'arrête là car j'ai les yeux qui brûlent mais il y en a bien d'autreS....et personne pour corriger.....quelle tristesse !

| | Connexion | Inscription