0
Armées
Les États-Unis autorisent la vente de systèmes antibalistiques à l'Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis
Les États-Unis autorisent la vente de systèmes antibalistiques à l'Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis
© U.S. Department of Defense

| Dorian de Schaepmeester 543 mots

Les États-Unis autorisent la vente de systèmes antibalistiques à l'Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourraient se munir de systèmes antibalistiques américains sous peu. Le gouvernement américain a autorisé la vente de batteries THAAD et Patriot aux deux pays, pour une somme s'élevant à plusieurs milliards de dollars.

Des THAAD et Patriot pour la péninsule arabique 

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourraient rapidement se doter de systèmes de défense antimissiles. Le gouvernement américain a approuvé, le 2 août 2022, la vente de plusieurs dizaines d'unités THAAD et MIM-104 Patriot aux deux pays de la péninsule arabique. Le Département d'État des États-Unis a précisé que l'Arabie saoudite se procurerait 300 batteries Patriot, sans toutefois énoncer les détails de la vente avec les EAU (Émirats arabes unis). Le montant total de la transaction est de 5 milliards de dollars : 3,05 milliards pour l'Arabie et 2,25 milliards pour les EAU. Les prix comprennent la vente des unités, les pièces destinées à la maintenance et la formation fournies par les États-Unis aux pays acheteurs. 

Comme le rappelle le média The Defense Post, l'approbation de la vente prend place deux semaines après la visite du président Joe Biden au Moyen-Orient, dont les résultats ont été qualifiés par de nombreux journaux comme étant en "demi-teinte". La livraison de ces systèmes antimissiles permettrait ainsi aux États-Unis de réduire leur présence militaire dans la région.

Un missile THAAD tiré depuis un HEMTT.
Un missile THAAD tiré depuis un HEMTT. © National Missile Defense
Un missile THAAD tiré depuis un HEMTT.

Les THAAD et Patriot, des systèmes antimissiles balistiques plébiscités 

Le THAAD (Terminal High Altitude Area Defense, "système de défense à haute altitude") et le MIM-104 Patriot sont deux systèmes distincts. Le développement à grande échelle du Patriot a débuté en 1976 sous l'impulsion de Raytheon, avec le concours de Lockheed et Boeing, avant que les batteries ne commencent à être mises en service au cours de l'année 1984. Il est équipé de radars ainsi que de terminaux de communications et de guidage de missiles. Extrêmement mobile, le Patriot est souvent transporté sur des camions tactiques lourds à mobilité élargie (HEMTT). Composé de quatre lanceurs, le MIM-104 tire des missiles PAC 2 et 3, volant à Mach 4.1 (3 146 km/h) et pouvant atteindre une altitude de 24 000 mètres, propulsés grâce à une fusée à propergol solide. Si les missiles PAC peuvent détruire des engins balistiques à l'aide l'énergie cinétique causée par sa vitesse, ils emportent une tête explosive comptant pour 90 kg de charge utile. Le Patriot ne peut cependant pas détruire les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM). 

Plus récent, le THAAD est mis en service dans l'armée américaine en 2008. Ces batteries antimissiles sol-air sont manufacturées par Lockheed Martin et se veulent être de véritables boucliers face aux missiles balistiques, bien qu'à l'instar du Patriot, les THAAD ne puissent neutraliser les ICBM. Les THAAD intègrent des radars et des systèmes d'identification de cibles, des terminaux de contrôle et de mise à feu. Une batterie se compose de deux à neuf lanceurs, dont l'efficacité s'étend dans un rayon de 200 km. Contrairement aux PAC, les missiles THAAD ne contiennent pas de charges explosives, mais s'appuient seulement sur l'énergie cinétique pour détruire des cibles adverses. 

Les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite rejoignent la longue liste d'opérateurs utilisant les deux systèmes antibalistiques. Les deux États arabes pourraient notamment les utiliser pour lutter contre les insurgés Houthis. Armés par l'Iran, les membres de la faction militaire et politique basée au Yémen avait récemment menacé de frapper des infrastructures officielles et civiles en Arabie saoudite. En janvier 2022, un drone Houthi attaquait la capitale des EAU, Abu Dhabi, tuant plusieurs civils et ressortissants étrangers. 


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité