advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


0
Compagnies aériennes
Les Boeing 777-200 sont retirés du service chez Japan Air Lines
Les Boeing 777-200 sont retirés du service chez Japan Air Lines
© DR

| Antony Angrand

Les Boeing 777-200 sont retirés du service chez Japan Air Lines

Conséquence presque logique des incidents du 20 février 2021 et du précédent du 4 décembre 2020 ou un Boeing 777 de Japan AirLines (JAL) fut victime d'une avarie moteur non contenue, la compagnie aérienne japonaise a décidé de retirer du service ses Boeing 777-200 motorisés par les turboréacteurs PW4000 un an en avance sur le calendrier initial. Ce sont 13 biréacteurs, qui ne volent plus depuis l'après 20 février 2021, qui cesseront d'être utilisés et qui seront remplacés par des Airbus A350.

JAL se sépare de ses Boeing 777 motorisés avec des PW4000

"En réponse à l’incident impliquant une panne moteur sur [le Boeing 777-200] JL904 le 4 décembre 2020, opérant d’Okinawa Naha à l’aéroport de Tokyo Haneda, et à l’incident de United Airlines impliquant une panne moteur le 20 février 2021, Japan Airlines a suspendu les opérations du Boeing 777 équipé de moteurs Pratt & Whitney identiques. Nous continuerons de coopérer pleinement et de répondre à l’enquête menée par le Bureau japonais de la sécurité des transports afin de déterminer la cause de l’incident" peut-on lire sur le site de la compagnie aérienne, dans le cadre d'une note émise le 5 avril 2021.

Un an d'avance sur le calendrier 

"Comme il n’existe pas de rapport connu pour reprendre l’exploitation du Boeing 777 motorisé [par les PW4000] P&W, et qu’il est difficile de prévoir la situation à partir d’aujourd’hui, JAL a décidé d’accélérer le retrait de tous les Boeing 777 équipés de P&W d’ici mars 2021, ce qui était initialement prévu pour mars 2022", poursuit la note. La compagnie aérienne a décidé de procéder au retrait, en avance, de ses Boeing 777-200 motorisés par des turboréacteurs PW4000. 

Un précédent pour la compagnie aérienne en décembre 2020 

Comme l'indique JAL, la compagnie aérienne a été elle aussi victime d'une avarie moteur non contenue. En l’occurrence, le 4 décembre 2020 lorsqu'un Boeing 777-200 alors en pleine phase de montée et à une altitude de FL160/170, après avoir décollé de l'aéroport de Naha. Le moteur n°1, un Pratt & Whitney PW4074, est alors victime d'une forte explosion, laquelle est immédiatement suivie d'importantes vibrations. L'équipage a ramené l'avion sans difficultés particulières sur l'une des pistes de l'aéroport de Naha. La première inspection réalisée au sol a révélé que deux aubes de la soufflante s'étaient rompues et qu'un bout de la nacelle moteur manquait, tandis que la partie arrière du fuselage était abîmée sur 30cm. Le rapport préliminaire réalisé par le JTSB, le bureau d'enquêtes et d'analyse japonais, a mis en évidence des ruptures d'aubes sur les n° 15 et n° 16. La première s'était rompue à une hauteur de 72 cm de sa base, la seconde à 18 cm. Ces aubes avaient accumulé plus de 43 000heures de vol et plus de 33 500 cycles. 

Principe de précaution

Comme l'explique le communiqué de JAL, "à défaut de rapport connu" permettant de garantir la reprise de l'exploitation des Boeing 777 dans des conditions optimales, les treize "triple-sept" -immobilisés au sol depuis l'incident de février 2021- seront donc remplacés. Ce sont des Airbus A350-900 qui prendront la relève, aussi bien pour les vols domestiques à destination d'Osaka que sur les lignes aériennes internationales. 

 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription