0
Compagnies aériennes

L'entraînement s'achève à Houston

MISSION PROXIMA L'ASTRONAUTE FRANÇAIS S'EST ENTRETENU AVEC LA PRESSE FRANÇAISE, 77 JOURS AVANT LE DÉBUT DE SON SÉJOUR DE SIX MOIS À BORD DE L'ISS.

E n Russie, pays superstitieux s'il en est,il ne faut pas évoquer les « dernières » fois avant un lancement spatial habité. Mais le 30 août,l'astronaute français Thomas Pesquet se trouvait encore au centre spatial de Johnson de la Nasa, à Houston (Texas), pour une visioconférence avec la presse française rassemblée au siège du Cnes, à Paris. Il a donc pu faire un point sur ses « derniers » préparatifs avant son lancement vers l'ISS,dont la date (qui oscillait depuis quelques semaines entre début novembre et fin décembre) semble revenir au calendrier initial : le 15 à 20 h 05 UTC (soit le 16 novembre à 2 h 05, heure de Baïkonour).

Le benjamin des astronautes européens (38 ans) a précisé que son vaisseau,le Soyouz MS-03, rejoindrait la station en six heures et que son vol durerait 180 jours. Cela signifie un retour à la mimai 2017, soit après l'élection présidentielle française (qui se tiendra entre le 23 avril et le 7 mai), pour laquelle il va préparer une procuration dès son retour en Europe.

Environ 55 expériences scientifiques et techniques devraient être menées lors de la mission Proxima,dont une vingtaine européennes,pour la plupart menées sous la responsabilité du Cadmos àToulouse.Quatre sorties extravéhiculaires sont également programmées : deux pour changer les batteries de deux des huit circuits électriques de l'ISS (vers décembre ou janvier) et deux à l'occasion de l'amarrage d'une capsule Dragon (certainement en avril). Lors du séjour d'Expedition 50 et 51, en effet, la station sera desservie par tous les types de ravitailleurs automatiques existants : l'HTV japonais, le Dragon de SpaceX, le Cygnus d'Orbital ATK et le Progress russe. Mi-septembre,Thomas Pesquet rejoindra l'EAC,le Centre européen des astronautes à Cologne (Allemagne), pour d'ultimes séances de travail sur son programme expérimental.Puis il se rendra à Moscou,pour passer avec son équipage l'examen de passage autorisant son vol (ne parlons pas de dernière épreuve), avant de rejoindre le cosmodrome de Baïkonour pour le grand départ. ¦ Pierre-François Mouriaux

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription