0
Ukraine
Kherson : l'Armée russe annonce un retrait sur l'Est du Dniepr
Kherson : l'Armée russe annonce un retrait sur l'Est du Dniepr
© @WarMonitor3

| Gaétan Powis 654 mots

Kherson : l'Armée russe annonce un retrait sur l'Est du Dniepr

Ce 9 novembre en début de soirée, l'état-major russe a annoncé le retrait à court terme des troupes russes déployées dans la poche de Kherson. Après l'offensive réussie de Kharkiv, c'est un nouveau succès pour les Forces armées ukrainiennes. La retraite risque toutefois d'être compliquée pour les Russes car il est peu probable que les Ukrainiens les laissent se dégager de la ligne de front sans contre-attaquer.

Un retrait de plus pour les Russes

Le 9 novembre en fin de journée, l'état-major a annoncé que les troupes russes situées dans la tête de pont à Kherson vont, dans un futur très proche, évacuer leurs positions pour des positions situées à l'Est du fleuve Dniepr (voir la vidéo ci-dessous).

Concrètement, cela signifie qu'à court terme, il n'y aura plus aucun soldat russe à l'Ouest du Dniepr. C'est un revers de plus pour la Russie en Ukraine ; il y a peu, le Président russe s'affichait sur la place rouge avec en arrière-plan, une carte de la Russie. En plus de la Russie, la carte comprenait également la Crimée annexée, les deux régions séparatistes d'Ukraine et les trois régions ukrainiennes envahies par les troupes russes, en ce compris, la région de Kherson.

Une offensive timide...

Quand le 29 août, les Ukrainiens lancent leur offensive de Kherson, de nombreux analystes semblent étonnés : l'offensive est limitée et les Ukrainiens cherchent à économiser leurs troupes. C'était sans compter la volonté des Ukrainiens à créer une diversion : alors qu'entre 20.000 et 25.000 soldats russes sont bloqués à Kherson, les troupes ukrainiennes lancent une offensive à Kharkiv, dans le Nord du pays, récupérant de nombreux territoires et matériels abandonnés (article sur le sujet). 

Il n'empêche, les Ukrainiens exercent une pression continue sur le front de Kherson, réduisant petit à petit la tête de pont russe. Des conscrits russes sont même déployés sur le front moins de cinq jours après leur enrôlement et ce, sans aucun entrainement, preuve que la pression exercée par les Ukrainiens est tout de même critique.

...finalement réussie

Désormais, avec cette annonce, il faudra d'abord voir comment les Forces russes vont se retirer du terrain. La ligne de front est assez proche pour permettre à des pièces d'artillerie lourde de soutenir ce retrait depuis la rive Est du fleuve mais il est fort probable que les batteries ukrainiennes entreront également en action afin d'effectuer le plus de dommages possibles aux forces russes en mouvement. De plus, la question du passage du Dniepr reste aussi problématique car les trois points de passages ont été rendu inutilisable principalement par les tirs de précision des lance-roquettes multiples M142 HIMARS (plus d'infos dans cet article) ; 

  • En septembre, les Forces russes bouchent une partie du barrage avec des gravats afin de relier à nouveau les deux rives, alors que le pont routier n'a pas été réparé. Ce passage de fortune ne permet cependant pas le passage de véhicules lourds.
  • Le pont flottant à côté du pont Antonivsky (Kherson) est constamment la cible des HIMARS ou de l'artillerie ukrainienne et semble avoir été rendu inutilisable
  • Quelques barges effectuaient la navette entre les deux rives mais l'artillerie ukrainienne a réussi à en détruire quelques unes, limitant les capacités de passer le fleuve

Alors que les capacités de mouvement des militaires russes dans la zone vont diminuer, la capacité de manœuvre des troupes ukrainiennes ne va pas être impactée. Cependant, il est peu probable que les Forces ukrainiennes tentent un passage sur l'Est du fleuve dans cette zone. Une telle opération aurait trop de contraintes :

  • besoin de déployer et coordonner des moyens amphibies conséquents
  • la réparation des ponts détruits précédemment
  • la protection des ponts contre les tirs d'artillerie russe (le risque étant un scénario inverse pour les Ukrainiens).

En revanche, les Forces russes ne semblent pas être parties les mains vides puisque de nombreuses vidéos et photos géolocalisées en OSINT permettent de confirmer que la ville a été presque systématiquement pillée. La ville a peut être été minée par les Russes afin de compliquer de futurs opérations depuis cette ville pour les Forces ukrainiennes.

Xavier Tytelman a également résumé dans une précédente vidéo (ci-après) la situation sur la région de Kherson.

Ukraine RUSSIE-UKRAINE guerre en ukraine Kherson Russie Dniepr


Répondre à () :

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité