3
Aviation légère et d'affaires
Gulfstream abaisse l'altitude cabine de son G700
Gulfstream abaisse l'altitude cabine de son G700
© Gulfstream Aerospace

| Antony Angrand 391 mots

Gulfstream abaisse l'altitude cabine de son G700

Course au confort. Gulfstream vient d'abaisser l'altitude cabine de l'étendard de sa flotte, le G700... Afin qu'elle soit similaire à celle du Dassault Falcon 10X et qu'elle offre un confort au moins comparable aux passagers transportés.

A coups de pressurisation cabine 

Voici un épisode technologique de ce qui pourrait être qualifié de "lutte à couteaux tirés dans le domaine de la course au confort". Gulfstream a abaissé l'altitude cabine du jet d'affaires biréacteur étendard de la marque, son G700. Annoncé à l'origine avec une altitude cabine de 3 290 pieds -soit 1 003 mètres- en volant à 41 000 pieds (soit 12 497 m), l'altitude cabine du G700 au même niveau de vol a été abaissée à 2 916 pieds soit 889 m. Le G700 devient ainsi le jet d'affaires avec l'altitude cabine la plus basse du secteur de l'aviation d'affaires... Pour le moment. Car lorsque Dassault a annoncé le Falcon 10X, l'avionneur a précisé "La pressurisation sera la plus performante du marché : alors qu’ils voleront à 12 500 mètres d’altitude, les passagers bénéficieront d’une altitude ressentie de 900 mètres". 

Rester compétitif... 

"Cette nouvelle altitude cabine, la plus basse de l'industrie, est le résultat de nos investissements continus dans la santé et la sécurité des clients et offrira encore plus de confort aux passagers sur les vols à très long rayon d'action que le G700 est capable de réaliser" a déclaré Mark Burns, président de Gulfstream. Car même avec l'entrée en service du Falcon 10X prévue pour 2025 -soit trois ans après celle du G700 laquelle est prévue pour 2022- Gulfstream va devoir trouver des arguments de poids pour continuer à être compétitif face à un adversaire qui a magnifié la notion de confort, en prenant l'avionneur de Savannah à son propre jeu, adoptant à son tour des dimensions de cabines de plus en plus hautes, larges et offrant de plus en plus de volume. Ce sans parler du Global 7500 de Bombardier, qui constitue également une concurrence sérieuse et dont les livraisons dépassent les 50 exemplaires. 

...Dans une course au confort 

Car en termes de jet d'affaires haut de gamme, ainsi que l'avait précisé Eric Trappier au moment du lancement du Falcon 6X, ce segment est constitué d'une clientèle qui ne cherche pas forcément les performances et l'autonomie mais avant tout le confort ou plus exactement la possibilité de se mouvoir sans avoir à baisser la tête pour ne citer que ce détail. Ce qui explique cette course à la hauteur cabine, au volume disponible et désormais à l'altitude cabine restituée. 

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha
Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription