0
Défense
Focus sur la lutte anti-drones
Focus sur la lutte anti-drones
© N. Vercellino

| Justine Boquet

Focus sur la lutte anti-drones

Retour sur le dossier lutte anti-drones réalisé par Air & Cosmos en janvier dernier avec une interview du général Vincent Cousin et une revue des différents moyens sur le marché.

Le dossier consacré à la lutte anti-drones commence par une interview du général Vincent Cousin, commandant de la Défense aérienne et des opérations aériennes.

• Comment l’Armée de l’Air se positionne-t-elle sur les segments de la détection, de l’identification et de la neutralisation ?

Au titre de la mission de sûreté aérienne, en particulier dans les bulles de protection, il est de la responsabilité du CDAOA de protéger le sol de toute menace aérienne, y compris des drones. Pour la lutte anti-drones, nous adaptons l’organisation générale de nos dispositifs. On pourrait parler d’espaces aériens gigognes, composés d’une bulle principale de protection permanente au-dessus de la France entière. Lors d’événements particuliers – comme à Biarritz, lors du Sommet du G7 d’août dernier –, nous créons une bulle temporaire pour faire face à des menaces de type ULM, avions commerciaux, avions de tourisme.Au sein de cette dernière, il existe une bulle encore plus particulière – plus petite mais pas moins essentielle – pour la lutte anti-drones. Cette bulle dispose de ses propres règles d’engagement. Nous adaptons nos processus décisionnels en fonction de la situation.......

• D’après vous, quelles sont les principales menaces dans le domaine de la lutte anti-drones et les défis auxquels le CDAOA doit faire face ?

La 5G et la fulgurance de la transmission des données qui va y être associée pose, entre autres, la question des menaces en essaim. Parallèlement, nous devons être capables de faire face à des drones à navigation inertielle. Nos systèmes de neutralisation devront être adaptés, anticipant la menace, ce sur quoi nous travaillons d’ores et déjà. Nous pensons qu’en fonction de la distance de la menace, nous pouvons faire évoluer le moyen de neutralisation et combiner les outils présents ou émergents. La menace est tellement évolutive que c’est l’innovation et les processus courts d’acquisition qui nous feront rester au plus près de cette menace pour la traiter. C’est ce travail que nous menons avec l’AID (Agence Innovation Défense) et qui nous a permis de nous équiper d’une première capacité expérimentale a n de mûrir des concepts d’opération......

• Sur le plan de la neutralisation, nous constatons l’émergence des systèmes laser et à micro- ondes. Comment la France se positionne-t-elle sur ces technologies ?
 

Sur la Base aérienne 701 de Salon-de-Provence, nous nous appuyons sur le pôle drones de l’armée de l’Air, le Cifed (Centre d’initiation et de formation des équipages de drones). S’y trouve également le centre de recherche de l’école de l’Air, qui suit, analyse et évalue les technologies émergentes et les progrès réalisés dans le domaine de la lutte antidrones. Nous suivons de près, avec la DGA et le ministère de l’Intérieur, l’ensemble des nouvelles technologies. Les systèmes laser et à micro-ondes en font partie. Dans le respect de la réglementation,nous réalisons des expérimentations en conditions réelles, sur la Base aérienne de Salon-de-Provence.......

Article complet à (re)découvrir en téléchargeant le fichier ci-dessous.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription