0
Espace
Essai d’urgence imparfait pour la capsule Starliner de Boeing © BOEING

| Pierre-François Mouriaux

Essai d’urgence imparfait pour la capsule Starliner de Boeing

Un test d'interruption de lancement sur le pas de tir a été effectué hier depuis le Nouveau Mexique. Mais seuls deux parachutes sur trois se sont déployés…

Avant d’engager un lancement automatique à destination de la Station spatiale internationale, la capsule CST-100 Starliner de Boeing a dû effectuer le 4 novembre, un test d'interruption de lancement (Pad Abort Test).

L’objectif était de simuler l’éjection de la cabine (et de son équipage) loin du pas de tir en cas d’avarie grave sur le lanceur avant le décollage, dans le cadre du programme Commercial Crew de la Nasa qui doit permettre le retour des vols habités depuis le sol américain avec des vaisseaux américains.

 

Essai réussi mais…

L’essai s’est déroulé depuis le complexe de lancement LC-32 du champ de tir White Sands Missile Range de l’US Army, au Nouveau Mexique.

Il a démarré à 14h15 UTC et a duré environ 95 secondes.

Les quatre moteurs d’éloignement se sont arrêtés au bout de 5 secondes (propulsant la cabine à une altitude de 1 370 m et lui communiquant une vitesse de 1 046 km/h), et la manœuvre permettant à l'engin de se retrouver en position d'atterrissage a été effectuée par 48 petits propulseurs contrôle d'attitude.

Deux des trois parachutes de la cabine se sont déployés moins d'une demi-minute après le décollage, et le module de service s'est séparé du module d'équipage quelques secondes plus tard.

Enfin, le bouclier thermique a été largué au bout d'une minute et des airbags ont été gonflés, avant que le Starliner ne touche le sol.

 

Prochaine étape le 17 décembre ?

L’ouverture incomplète des parachutes, jugée non cruciale par la Nasa, pourrait ne pas avoir de conséquences sur la suite des événements : « Bien que conçue avec trois parachutes, l’ouverture réussie avec deux parachutes est acceptable pour les paramètres d'essais et la sécurité de l'équipage », indique l’agence dans un communiqué.

« Nous avons eu une anomalie de déploiement, pas une défaillance de parachute », précise pour sa part Boeing.

A ce jour, la prochaine mission du Starliner, appelée Boe-OFT (Boeing Orbital Flight Test), pourrait intervenir d’ici six semaines, le 17 décembre, depuis la Floride.

 

Le 8 novembre, dans Air & Cosmos n°2663, Eric Bottlaender fera le point sur le retour tant attendu des Américains dans les vols habités, privés de lanceurs capables d’embarquer des astronautes depuis l’arrêt de la navette spatiale, en juillet 2011.

Boeing NASA Starliner Commercial Crew Program Test d'abandon d'urgence

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription