0
Défense
Deuxième tir de développement du missile ANL / Sea Venom © DGA

| BOQUET Justine

Deuxième tir de développement du missile ANL / Sea Venom

MBDA et la DGA ont procédé au second tir de développement du missile ANL / Sea Venom, développé conjointement par la France et le Royaume-Uni.

Le 30 mai, le Ministère des Armées a annoncé que le deuxième tir de développement du missile ANL (anti-navire léger) / Sea Venom avait été réalisé avec succès. Il a été conduit le 18 avril dernier, sur le site Méditerranée du centre DGA Essais de missiles.

Ce second essai réussi est venu, une fois de plus, démontrer les capacités de ce missile, tiré depuis un hélicoptère Panther. « Le scénario joué était un tir à longue portée avec vol du missile à très basse altitude et accrochage de la cible en milieu de course », a déclaré le MinArm. La conduite de ce tir anti-navires a permis de mettre en lumière la capacité du missile à naviguer « au raz de l'eau (sea-skiming) et le bon fonctionnement de la liaison de données entre le missile et l'hélicoptère », a précisé le Ministère.

Issu d'un accord franco-britannique signé en 2010, dans le cadre des accords de Lancaster House, le missile ANL / Sea Venom viendra équiper les futurs HIL de la Marine française et les WildCast de la Marine britannique. Avec une portée de 20 km, ce missile de 110 kilos est efficace contre un grand nombre de bâtiments, « depuis les vedettes rapides et manoeuvrantes jusqu'aux corvettes », indique le Ministère des Armées. Son autodirecteur infrarouge confère des capacités dites « tir et oublie », renforcée par le mode « homme dans la boucle », lequel permet de gérer le tir jusqu'à ce qu'il atteigne son objectif.

En juillet dernier, le missile ANL / Sea Venom avait été testé depuis l'hélicoptère Lynx MK8.

DGA Hélicoptère Interarmées Léger MBDA Panther Sea Venom/ANL Wildcat

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription