1
Drones militaires
Deux drones-suicide abattus sur l'aéroport de Bagdad par un C-RAM américain
Deux drones-suicide abattus sur l'aéroport de Bagdad par un C-RAM américain

| Xavier Tytelman 846 mots

Deux drones-suicide abattus sur l'aéroport de Bagdad par un C-RAM américain

Le jour anniversaire de la mort du leader de la force Al Qods en Irak, deux drones suicides ont été interceptés avant d'avoir pu frapper l'aéroport de Bagdad. Tous les soupçons pointent aujourd'hui vers l'Iran et les milices qui lui sont affiliées.

Deux drones suicides interceptés

Le 3 janvier à 4h30 du matin, les forces de sécurité américaines encore stationnées en Irak ont détecté et intercepté deux drones armés alors qu'ils approchaient de l'aéroport civil de Bagdad. Le tir de défense a été réalisé grâce au canon rotatif Vulcain de 20mm équipant le système de défense C-RAM Centurion (pour Counter-Rocket, Artillery, and Mortar), équivalant terrestre du Phalanx CIWS présent à bord de nombreux navires. La version Centurion utilisée dans ce cas a été développée en urgence à partir de mai 2004 afin de répondre aux attaques continues de projectiles contre les bases américaines du pays, aboutissant à des tests à la fin de l'année 2004 et une admission au service actif dès l'année suivante.

Le canon de type Gatling est capable de tirer 4500 coups par minute vers sa cible, produisant un véritable mur de métal face aux projectiles, quels qu'ils soient, y compris les mortiers. La détection des cibles est réalisée grâce à un radar en bande Ku hybridé à un FLIR. La bulle de protection mesure un peu plus de 1,2 km², soit un rayon de 600m autour du système.

Les images ci-dessous présentent les débris récupérés après la destruction :

Le C-RAM Vulcain tire des cnetaines d'ogives explosives de 200m contre sa cible, permettant une destruction avant de toucher le sol.
Le C-RAM Vulcain tire des cnetaines d'ogives explosives de 200m contre sa cible, permettant une destruction avant de toucher le sol. ©
Le C-RAM Vulcain tire des cnetaines d'ogives explosives de 200m contre sa cible, permettant une destruction avant de toucher le sol.

Les milices pro-iraniennes pointées du doigts

L'attaque survient deux ans après la mort de Qassem Soleimani, chef de la force iranienne Al Qods, groupe d'élite du corps des gardiens de la révolution islamique et responsable des milices chiites pro-iraniennes luttant contre l'Etat Islamique en Irak. Il avait été tué par une frappe américaine réalisée avec un missile AGM-179A tiré depuis un drone alors qu'il se rendait justement sur l'aéroport de Bagdad.

Les débris des drones, récupérés et largement exposés, présentent des inscriptions de revendication en farsi, "Revanche de Soleimani" et "Opération de revanche du leader". Les drones, à ailes fixes, sont le même que ceux qui avait été identifié en juin dernier entre les mains des milices pro-iranienne et dont les images avaient été partagées par les forces du Kurdistan sur leur page Facebook (image ci-contre). 

Des tensions croissantes entre l'Iran et ses voisins

Au cours des dernières semaines, l'Iran et ses alliés ont été accusés de faire monter les tensions dans la région : démonstration de force avec le tir massif de missiles balistiques et de drones suicides vers la reconstitution locale d'installations israéliennes, interception d'un navire cargo émirati par les rebelles Houtis, piratage de sites web israéliens, ainsi que la multiplication des escarmouches de la Marine iranienne ou les rumeurs autour de l'achat de Sukhoi par le pays... Une situation également dénoncée par l'Arabie Saoudite, le pays ne parvenant par ailleurs pas à s'imposer face aux Houtis soutenus par l'Iran, faisant craindre des affrontements directs entre les grandes puissance plutôt que par via proxy yéménite.

Répondre à () :

L'amateur d'aéroplanes | 06/01/2022 11:57

Seulement une portée de 600 m ? Je pensais que c'était équivalent à celle delà version embarqué d'un peu plus d'un km.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription