0
Aviation Civile
Coronavirus : le groupe ADP mettra Orly en sommeil à partir du 31 mars © Gwen Le Bras pour Groupe ADP

| HEGUY Jean-Baptiste

Coronavirus : le groupe ADP mettra Orly en sommeil à partir du 31 mars

L'aéroport fermera à l'exploitation commerciale à partir du mardi 31 mars, 23h59. Les quatre compagnies opérant encore transfèreront leur activité résiduelle à Roissy CDG.

Mise en sommeil progressive

Tel un énorme monstre qui s'endort, l'aéroport d'Orly va entrer en hibernation pour la totalité de l'exploitation commerciale à partir du 31 mars à 23h59. A cette date, la dernière aérogare, Orly 3, fermera temporairement. "Cette fermeture est devenue nécessaire car à date nous sommes à une activité de 4000 passagers par jour, contre 80 000 en exploitation normale", explique Jérôme Marmet, porte-parole du groupe ADP. La mise en sommeil de l'aéroport d'Orly s'est fait progressivement : le 18 mars, c'est d'abord Orly 2 qui a fermé, puis Orly 1 le 23 mars, Orly 4 fermera le 26 mars à partir de 23h59 et "l'endormissement" s'achèvera à partir du 31 mars à 23h59. 

"Il s'agit bien d'une mise en sommeil et pas d'un arrêt total", précise Jérôme Marmet. "Nous maintenons une équipe de 50 personnes sur place pour la maintenance en état des bâtiments et des serveurs électriques. Par aileurs, le SMU (Service médical d'Urgence) est toujours en activité ainsi que les pompiers et les services de l'Etat. A noter aussi que nous maintenons des services au sol puisqu'Air France a pour l'instant 60 avions stationnés sur les pistes et que ce nombre pourrait monter à 75. Pour garantir un redémarrage le plus rapide possible, il va falloir faire tourner régulièrement les moteurs et vérifier la pression des pneus des trains d'atterrissage. L'activité cargo subsiste aussi et la tour de contrôle reste totalement opérationnelle pour gérer les éventuelles évacuations sanitaires et les vols de déroutement", explique Jérôme Marmet. 

Transfert vers Roissy CDG

A partir du 31 mars, les activités résiduelles des quatre compagnies (contre plus de 100 en temps normal) qui maintenaient encore des vols à Orly (dont Air France) seront transférés à Roissy CDG qui ne garde en activité que le terminal 2A, une ou deux "péninsules" du terminal 2F, et le hall K du terminal 2E. "Le 23 mars dernier, nous avons procédé à la suspension d'activité du terminal 2G, du Terminal 3 et du hall M du terminal 2E", précise Jérôme Marmet. Les autres terminaux de Roissy étaient déjà en fonctionnement réduit à cause de travaux en cours. 

Au total, le groupe ADP s'attend à une activité qui devrait osciller entre 10 à 15% pour pendant plusieurs semaines, pour une reprise progressive début mai et un retour à la la normale à la fin de l'été. "De mars à juillet, nous tablons sur une chute globale de trafic de 65% pour les aéroports parisiens et les autres aéroports internationaux du groupe. Cette crise devrait générer une perte de chiffre d'affaires de 1 milliard d'euros et une perte de résultat brut d'exploitation de 800 millions d'euros. Le groupe ADP a mis en place un plan d'économies de 270 millions d'euros au niveau du groupe, dont 125 millions d'euros à Paris. Par ailleurs, 80% des effectifs du siège (6 292 personnes) ont été mises en chômage partiel. Enfin, le groupe ADP a suspendu le paiement des redevances de stationnement pour les avions immobilisés plus les loyers des compagnies aériennes et des magasins duty free.  

 

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription