0
Industrie
Coronavirus : Airbus réduit les cadences de production
Coronavirus : Airbus réduit les cadences de production
© Airbus

| Yann Cochennec

Coronavirus : Airbus réduit les cadences de production

Conséquence de la pandémie de coronavirus ou covid-19 sur le transport aérien mondial, Airbus réduit ses cadences de production d'environ 30 %. Les A320 passent à 40 par mois, les A350 à six et les A330 à deux.

Une réduction globale de 30 %

La crise créée par la pandémie de coronavirus ou covid-19 commence à "mordre" sur l'activité avions commerciaux d'Airbus. Le constructeur européen revoit donc logiquement à la baisse les cadences de production de ses familles d'avions : les A320 passent à 40 unités par mois, les A330 à deux et les A350 à six. Globalement, cela représente une réduction de 30 % de la capacité d'Airbus d'avant la crise. L'objectif des 880 livraisons pour l'ensemble de l'année 2020 est donc aussi logiquement remis en cause. Mais, l'essentiel n'est pas là. Pour Airbus, ces baisses de cadence lui permettent de "préserver ses capacités de réponse aux demandes du marché tout en protégeant la souplesse de son dispositif industriel face aux évolutions du marché". La production des A220 n'est pour l'instant pas impactée. "La pandémie a touché le marché nord-américain avec un certain décalage. Mais, nous travaillons actuellement sur différents scénarios selon le retour que nous aurons de nos clients", indique Guillaume Faury, président d'Airbus, lors d'un échange téléphonique avec la presse.

Les ventes nettes se maintiennent

Les réductions de cadence toucheront tous les sites d'Airbus dans le monde mais il est encore trop tôt pour en donner le détail précis. Une chose est sûre : aucun site ne sera complètement fermé. Il s'agit aussi de préserver les différents acteurs de la supply chain. Signe évident de la crise, Airbus n'a livré que 36 avions durant le mois de mars contre 55 en février tandis que 60 appareils sont actuellement stockés faute d'avoir pu être réceptionnés par les loueurs et les compagnies aériennes. Pour autant, Airbus a réussi, malgré la crise, à préserver son "matelas" de ventes nettes constitué depuis le début de l'année. Les ventes nettes sont ainsi passées à 290 à fin mars alors qu'elles étaient de 274 à fin février. Airbus n'a pas enregistré d'annulations de commandes liées à la crise actuelle, indique Guillaume Faury qui fait état de demande de reports de livraisons de la part des clients dont la priorité est surtout de préserver leur trésorerie en attendant la reprise. "Des reports de livraisons qui portent sur l'année 2020 et 2021", a indiqué le président d'Airbus.

L'A321 XLR : un avion de sortie de crise

D'où la décision de réduire les cadences de production. Une situation qui devrait durer sur l'ensemble de 2020, voire même se prolonger sur 2021. "Tout dépendra du calendrier de la reprise et surtout de son ampleur", souligne Guillaume Faury qui estime que le constructeur européen est bien placé pour profiter du moment où le vent gonflera à nouveau les voiles. Et de citer l'Airbus A321 XLR comme parfait outil de "sortie de crise". Cette adaptation de l'outil industriel à la crise que traverse le transport aérien mondial n'empêche pas Airbus de continuer à investir dans la R&D et notamment dans les technologies menant à l'avion durable. La problématique de l'environnement restera toujours d'actualité, une fois les secousses passées.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription