0
Industrie
Bombardier CSeries : Alenia veut son argent
Bombardier CSeries : Alenia veut son argent
© Bombardier

| yann cochennec

Bombardier CSeries : Alenia veut son argent

Rien ne va plus entre Bombardier et Alenia. Le constructeur italien a saisi la Cour supérieure du Québec pour faire résilier son contrat avec Bombardier portant sur la production de l'empennage du CSeries. Alenia réclame aussi 121 M$ en dommages et intérêts et se réserve le droit d'en réclamer davantage pour couvrir à la fois les investissements qui se poursuivent, l'immobilisation des stocks et les réclamations de ses propres fournisseurs.

Selon le constructeur italien, le contrat qui le lie à Bombardier ne lui permet pas de dégager le moindre bénéfice. Au contraire, Alenia perd de l'argent sur chaque empannage produit et livré en raison la forte réduction des cadences de production du CSeries. C'est en 2008 que Bombardier sélectionne Alenia pour la réalisation des aérostructures qui composent l'empennage du futur CSeries. Les retards accumulés dans le programme contraignent Bombardier à revoir à la baisse l'échéancier des livraisons en provenance d'Alenia.

Début 2012, la société italienne constate que ses coûts de production dépassent les recettes. Motifs : hausse des coûts fournisseurs et matériaux, changement dans les conditions de transport, baisse des livraisons et modification convenue entre les deux parties dans la configuration des stabilisateurs horizontaux. Bombardier invite Alenia à transférer sa production dans un pays à bas coûts comme le Maroc ou le Mexique.

Sans succès car il a été décidé dès le départ entre les deux partenaires que la production de l'empennage se ferait sur le site d'Alenia à Foggia. Les deux partenaires engagent des discussions et selon Alenia, Bombardier aurait accepté d'augmenter le prix des empennages mais sans s'engager dans un document officiel. Mais en décembre 2013, le constructeur canadien aurait refusé d'accorder l'augmentation.

"Ce revirement était totalement inattendu et allait à l'encontre du contenu des discussions entre les parties depuis 2012, des discussions qu'Alenia supposait être de bonne foi", estime Alenia. Du côté de Bombardier, on joue l'apaisement en souhaitant "trouver une solution" tout en évoquant une piste de remplacement si aucun terrain d'entente n'est trouvé avec Alenia.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription