0
Avion décarboné
Boeing et la Nasa analysent différents carburants durables
Boeing et la Nasa analysent différents carburants durables
© Nasa-Boeing-Paul Weatherman

| Antony Angrand 422 mots

Boeing et la Nasa analysent différents carburants durables

Des scientifiques de la Nasa et de Boeing analysent actuellement les émissions de particules de suie émises par un avion dont les moteurs brûlent différents mélanges de carburants aéronautiques durables. Le but est de savoir si ce dernier, consommant des carburants aéronautiques durables, produit moins de particules de suie que le carburéacteur traditionnel.

Deux eco-Demonstrator 

Des scientifiques de la NASA et de Boeing analysent actuellement les émissions de particules de suie émises par un avion dont les moteurs brûlent différents mélanges de carburants aéronautiques durables. Le but est de savoir si ce dernier, brûlant des carburants aéronautiques durables, produit moins de particules de suie que le carburéacteur traditionnel. Les essais ont été réalisés avec le Boeing eco-Demonstrator 777-200ER converti en banc d'essai volant. C'est la deuxième année consécutive que la Nasa et Boeing se sont associés pour étudier les carburants durables pour l'aviation. La première année, soit en 2021, l'appareil employé pour ce type de mesures avait été un Boeing 737-MAX 9 propulsé par des turboréacteurs LEAP-1B, appareil rattaché à la flotte d'Alaska Airlines. Les essais de l'ecoDemonstrator de Boeing de cette année se sont portés sur un avion équipé de moteurs Rolls-Royce Trent 800, en service depuis 1996.

Mélange de SAF et carburéacteur traditionnel 

Le carburant aviation durable est destiné à offrir des performances mais avec une empreinte carbone plus faible.  Il est souvent mélangé au kérosène traditionnel. Boeing avec l'eco-Demonstrator veut générer les données nécessaires pour permettre une utilisation généralisée d'un carburant aviation 100 % durable et évaluer son impact sur les émissions de particules. 

Réduire les émissions 

"Tester toutes ces différentes technologies de moteur nous aide à mieux comprendre comment le carburant aviation durable peut avoir un impact positif sur la qualité de l'air lorsque les moteurs tournent au ralenti dans les aéroports, et sur le potentiel de réchauffement climatique des traînées de condensation dans l'atmosphère", a déclaré Richard Moore, spécialiste de l'atmosphère au Langley Research Center de la NASA en Virginie. Les chercheurs ont mis en œuvre le laboratoire mobile de Langley, qui était protégé du puissant échappement du 777-200ER par un déflecteur de souffle. L'ensemble complet d'instruments du laboratoire a permis d'analyser non seulement les émissions gazeuses, mais aussi les particules - suie et autres aérosols - à l'aide d'une sonde sur mesure conçue pour s'interfacer avec le déflecteur situé derrière l'avion.

Le soufre impacte les émissions 

Les chercheurs intègrent également les leçons tirées des essais de l'année dernière concernant la manipulation du carburant. Après que le carburant durable a quitté la raffinerie, les chercheurs doivent s'assurer qu'il n'y a pas de contamination par le carburéacteur lors de son transfert dans le système logistique national. "C'est important, car nous commençons à nous rendre compte que des concentrations même infimes de soufre ou de composés chimiques aromatiques dans le carburant peuvent avoir un impact sur les émissions", a déclaré M. Moore. 


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité