1
Industrie
BITD : le ministère des Armées reste sur le qui-vive
BITD : le ministère des Armées reste sur le qui-vive
© P.-F. Mouriaux / Air & Cosmos

| Yann Cochennec

BITD : le ministère des Armées reste sur le qui-vive

Mise en place dès mars dernier, la cellule de soutien de la DGA à la base industrielle et technologique de défense (BITD) lancée à l'initiative du ministère des Armées est toujours mobilisée pour les entreprises qui en ont besoin.

Des solutions pour 47 entreprises

Mobilisée depuis le mois de mars dernier, la « task force » du ministère des Armées a d'ores et déjà réussi à trouver des solutions pour 47 entreprises dont l'activité est stratégique ou critique pour la BITD française. Cela représente pratiquement la moitié « des 92 chantiers ouverts » et d'autres s'annoncent pour l'automne. « Une vague va arriver avec l'automne mais nous ne connaissons pas son ampleur. Certaines sociétés ne le savent peut être pas elles mêmes et toute la difficulté sera de détecter les problèmes et d'utiliser au mieux les moyens dont nous disposons et dans des délais très contraints », indique l'ingénieur général Vincent Imbert qui dirige la cellule de soutien......

90 agents de la DGA mobilisés

Une fois le scanner réalisé, la méthode a aussi consisté à aller à la rencontre des dirigeants de ces entreprises. Pour y arriver - pas moins de 800 visites d'entreprises ont été effectuées ; la cellule de soutien du ministère des Armées a adopté une organisation à deux niveaux : un échelon central avec une quinzaine d'agents à Balard et un échelon régional dont la mobilisation aux quatre coins de l'Hexagone a été possible grâce à un décloisonnement de l'organisation de la DGA. Au total, 90 agents de la DGA ont été mobilisés tandis que dans certains territoires il a été fait appel à d'autres entités du ministère des Armées....

Anticiper des commandes

Et de poursuivre : « il a fallu obtenir des prêts du secteur bancaire pour certaines entreprises et donc informer ce secteur bancaire que le ministère des Armées appuyait la démarche de demandes de prêts et avec une perspective de commandes. Cela a permis de débloquer un certain nombre de situations, et des entreprises ont pu obtenir des prêts garantis par l'Etat. Sans oublier qu'au printemps, beaucoup de dirigeants se retrouvaient face à une planification de commandes qui tombait à l'eau. Ils avaient aussi besoin d'être rassurés sur les commandes que le ministère des Armées continuait de prévoir »....Plus dans notre prochain numéro 2701.

Répondre à () :


Captcha
Daniel Rossi | 29/09/2020 14:00

Arrivé Major en activité au Vietnam en 2008 à la mission militaire près l'Ambassade de France, 3 ans après, j'ai fait valoir mes droits à la retraite et suis resté à Hanoi. J'ai créé ma société qui depuis 2011 prend en charge des activités croisées Asie-Europe de commerce et dans le secteur industriel. Sans exclusivité nos intérêts dans la Défense sont notables. Nous intervenons au niveau de 1ère entrée des achats, approvisionnement des forces, ainsi que sur des projets industriels conduits avec les acteurs locaux (ToT, transfert de savoir-faire, relais de croissance, etc ...). Ce que nous faisons interagit pour les domaines civil et de la défense. Par exemple, au-delà de leurs propres développements liés à leurs secteurs respectifs, les explosifs «Industrie minière» et «Divertissement-Feu d'artifice», où nous avons construit des relations de confiance et durables, conduisent implicitement à d'autres applications et/ou besoins (présent dès le début, expression du besoin, études de faisabilité, puis achat ou mise en œuvre). Parmi les partenaires, locaux et étrangers, il y a des PME, ETI et des Groupes. Le réseau GEROC s'étend à l'ensemble des associations professionnelles locales et internationales (je suis vice-président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Vietnamienne) jusqu'au niveau institutionnel. En 2019 nous avons été référencé "Team France Export" au sein du dispositif gouvernemental français d'accompagnement de nos sociétés dans leur développement à l'international au Vietnam (de là ASEAN, Asie. ne pas penser délocalisation, mais RELAI de CROISSANCE, accès à un marché intérieur en pleine expansion et levier vers une région économique au potentiel avéré!). Lorsque je lis les articles de presse à propos de la BITD, l'ETI Sodern, Pyxalis, OED/rattaché à la sous-direction des Questions Économiques, Fiscales et Internationales (QEFI)/DAF/SGA/Ministère des Armées, je ne sais qui contacter pour informer de possibilités réelles à considérer ici au Vietnam. Et alors quelle déception en lisant "la vente d'Aubert & Duval alerte le ministère de la Défense, 8 sept. 2020 "https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/la-vente-daubert-duval-alerte-le-ministere-de-la-defense-1240259#utm_source=le%3Alec0f&utm_medium=click&utm_campaign=share-links_twitter": projet de cession de la filiale d'Eramet spécialisée dans les alliages complexes pour les sous-marins nucléaires et les Rafales, scénario dont l'exécutif ne veut plus entendre parler. Après les cessions de pépites du secteur de la défense comme Souriau, HGH, Latécoère et cet été l'expert en optronique Photonis!!! Je n'avancerais pas qu'ici nous aurions pu trouver des solutions. Mais enfin, dans un pays très dynamique, qui prévoit une croissance positive (juste en deca de 2%) quand le monde entier est déjà en négatif à 2 digits, qui par ailleurs a assigné à toute ses industries, dont la Défense et la Sécurité Publique, de se développer sans hésiter à trouver des partenariats étrangers, nous devrions au moins essayer de voir ce qu'il est possible de faire. Comment serait-il possible de contacter le cabinet de la ministre Florence Parly? Bien évidemment je ne tiens à disposition pour toutes informations complémentaires. Cordialement

| | Connexion | Inscription