1
Avions commerciaux
Biocarburant avion : un rapport d'experts y pousse aussi © United Airlines

| Yann Cochennec

Biocarburant avion : un rapport d'experts y pousse aussi

Le développement d'une filière biocarburants durables fait partie des 22 marchés clefs retenus par le rapport d'experts mandatés dans le cadre du Pacte productif pour identifier "les marchés émergents sur lesquels positionner la France".

Les carburants durables font partie des "marchés émergents nécessitant un soutien public et pouvant justifier ultérieurement  d'une stratégie d'accélération", indique le rapport que vient de remettre le collège d'experts, construit autour du Collège de l'Innovation, à Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances; et à Frédérique Vidal, ministre de la Recherche et de l'Innovation. Mandaté dans le cadre du Pacte productif annoncé en avril 2019 par le Président de la République, Emmanuel Macron; le collège a donc identifié "les marchés émergents sur lesquels l'Etat est en mesure de définir une stratégie de soutien". Les carburants durables sont parmi les 22 marchés clés. "Favoriser les sources énergétiques produites dans le cadre du cycle naturel du carbone, à savoir les biocarburants et le biogaz est un enjeu clé pour la transition vers une économie sobre en carbone, en particulier pour le transport. Cette valorisation de déchets végétaux, agricoles et d’algues en biocarburants ou biométhane est une opportunité de création de valeur et d’emplois sur le territoire français", souligne le rapport.

Et de poursuivre : "le développement de ce marché présente des enjeux au niveau :

- industriel en saisissant l’opportunité d’implantation de systèmes de production en France;

- environnemental et économique : la stratégie nationale bas carbone vise le remplacement à 50% d’ici 2050 des carburants aéronautiques traditionnels par des carburants durables, avec un appel à manifestations d’intérêt lancé le 27 janvier pour identifier les projets structurants de biocarburants pour l’aéronautique;

- de la pression sur la production alimentaire : les générations de carburants à partir de matières ligno-cellulosiques, résidus agricoles, algues et déchets industriels ou ménagers ne sont pas en concurrence avec la production de produits alimentaires d’où la volonté politique signifiée dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de promouvoir l’augmentation des consommations de deuxième et troisième générations, dites avancées, et qui prévoit leur incorporation de 1,2 % en 2023 et 3,8% en 2028 pour l’essence, et de 0,4% en 2023 et 2,8% en 2028 pour le gazole/kérosène afin de contribuer à l’obligation européenne d’incorporation minimum d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie du secteur des transports, soit 10% en 2020 puis 15% en 2030. 

La filière biogaz est une solution pour permettre de décarboner les usages captifs du gaz naturel et conserver l’emploi et les compétences de ces filières. Cela permet en particulier de réduire les émissions de GES des usages « chaleur » (ex.: usages supérieurs à 200°C dans l’industrie, chauffage de bâtiments existants) et des usages « carburant » (sans entrer en concurrence avec des usages alimentaires)......

 

Airbus Safran Air France

Répondre à () :


Captcha
Daniel | 09/02/2020 17:15

Le biogaz EST fossile, c'est le carbone organique du sol qui sert de carburant, mais à l'inverse du pétrole, il le COS donne à manger aux gens ...

| Connexion | Inscription