0
Industrie
Airbus : une chute de 30 % du chiffre d'affaires en 2020
Airbus : une chute de 30 % du chiffre d'affaires en 2020
© Airbus

| Yann Cochennec

Airbus : une chute de 30 % du chiffre d'affaires en 2020

Selon l'agence de notations S&P Global Ratings, le chiffre d'affaires d'Airbus devrait chuter de 30 % en 2020, conséquence directe d'un transport aérien mondial touché au coeur par la pandémie de coronavirus.

518 à 604 livraisons en 2020

Airbus devrait finir l'année 2020 sur un chiffre d'affaires de 49,35 Md€, soit 30 % de moins qu'en 2019 (70,5 Md€), estime l'agence de notation S&P Global Ratings. Une chute affectant l'activité avions commerciaux qui génère près de 78 % du chiffre d'affaires (2019) et qui subit de plein fouet les conséquences de la pandémie sur le transport aérien mondial. Rappelant que Airbus a décidé de réduire les cadences de production mensuelles dès cette année sur ses moyen-courriers de la famille A320neo (60 à 40 par mois) et ses long-courriers des familles A330 (3,3 à deux) et A350 (environ 10 à six), S&P Global Ratings souligne également que le constructeur européen n'avait livré que 14 avions sur le mois d'avril 2020 contre 70 sur la même période de 2019 en raison notamment "des contraintes sanitaires qui pèsent les processus de livraison". Sur les quatre premiers mois de l'année, Airbus a livré 136 appareils contre 232 sur les quatre premiers mois de 2019. Du coup, Airbus ne devrait livrer que 60 % à 70 % des 863 livraisons réalisées cette année.

Le long-courrier au ralenti jusqu'en 2023.

Si S&P Global Ratings estime que le modèle économique d'Airbus n'est pas en danger, soulignant le niveau de trésorerie du groupe et la vigueur des ventes nettes malgré le contexte de crise (299 ventes nettes sur les quatre premiers mois de 2020 contre un déficit de 255 unités pour Boeing), l'agence estime néanmoins que le trafic mondial ne reviendra à la normale que progressivement et que la reprise se fera essentiellement sur le moyen-courrier dans un premier temps. Ce qui ne manquera pas d'impacter l'activité long-courrier et se traduire par de nouvelles réductions dans les cadences de production des A330 et A350. Par conséquent, le constructeur européen devrait continuer à subir les effets de la crise actuelle sur les deux à trois prochaines années. Avec certes une augmentation de la production moyen-courrier dès 2021 mais une activité long-courrier au ralenti jusqu'en 2023.

Tout se jouera sur le dernier trimestre 2020

C'est le scénario de S&P Global Ratings. Il suffit que les contraintes sanitaires se lèvent plus vite que prévu sur les liaisons long-courriers pour que ce scénario soit remis en cause. Tout se jouera, pour le long-courrier, sur le dernier trimestre de l'année 2020 et le premier trimestre de l'année 2021, la saison d'été de l'IATA démarre le 28 mars. Les choses peuvent en effet aller beaucoup plus vite que prévu par les scénarios actuels.

 

 

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription