0
Défense
A Rungis, Thales développe la défense aérienne de demain
A Rungis, Thales développe la défense aérienne de demain
© Emmanuel Huberdeau

| ehuberdeau

A Rungis, Thales développe la défense aérienne de demain

Thales a mis en place à Rungis, un centre d'opérations permettant de tester l'architecture d'un système de défense aérienne complexe.
Le groupe français est l'un des spécialistes mondiaux des systèmes de défense aérienne. Il est l'un des rares industriels capable de proposer des systèmes multi couches totalement intégrés comprenant à la fois des moyens de détection et de commandement et des effecteurs. Des réseaux complexes comprenant plusieurs niveaux de décision et nécessitant une grande réactivité, les temps de réaction pouvant être de quelques minutes voir de quelques secondes dans le cas de la défense anti missiles balistiques. Une expérience mise à profit notamment pour rénover le système SCCOA (système de commandement et de conduite des opérations aériennes) en France et développer le système ACCS de l'OTAN.

Pour mettre au point ces architectures complexes, Thales a créé sur son site de Rungis un centre d'opérations (Aussi qualifié de « Battle Lab ») permettant de simuler différents niveaux de décision et scénarios. Ces simulations impliquant régulièrement des utilisateurs, permettent de tester les interfaces hommes machines mais aussi les systèmes d'aide à la décision développées pour faciliter la tache des opérateurs et de réduire les temps de réaction.

Pour préparer la mise en place d'un système de défense aérienne, Thales a développé en collaboration avec le CEAM (Centre d'Expertise Aérienne Militaire), un outils de planification. Ce logiciel permet de faire apparaître sur une carte les menaces identifiées par les services de renseignement et de préparer une réponse en disposant les différents moyens de défense aérienne. Les portées des systèmes radars et des effecteurs (missiles et artillerie) sont indiqués en prenant en compte les contraintes liées notamment au relief.

Le système Skyview a été conçu pour le plus haut niveau de commandement de la défense aérienne. En France par exemple, le CDAOA (Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes) basé à Lyon. Ce niveau décidera de l'engagement ou non d'une cible. Cet outils permet au décideur d'avoir une vision globale des opérations aériennes à l'échelle d'un territoire. Une interface intuitive permet de classifier les pistes en un clic. De même, un ordre d'engagement peut être envoyé par liaison de données vers un aéronefs ou des batteries en quelques clics.

Dans le central opération de Rungis, sont également simulés les centres tactiques chargés de la détection et de l'engagement sur un théâtre ainsi que les batteries elles mêmes. Des outils d'aide à la décision proposent la meilleure solution d'engagement entre les différents effecteurs.

Pour Thales, le centre d'opération est important pour tester les interactions entre les différentes couches d'un système de défense aérienne. Des essais concrets qui permettent de s'adapter aux besoins des clients. 

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription