0
Aviation Civile
Vision 2020 : l'Easa veut élargir ses prérogatives. © C.Cosmao

| Léo Barnier

Vision 2020 : l'Easa veut élargir ses prérogatives.

Le ciel européen se prépare à de nombreuses transformations dans les prochaines années  : Sesar, FAB, intégration des drones... le tout dans un trafic qui continue d'augmenter. L'Agence européenne de la Sécurité aérienne (Easa) veut donc être prête pour le tournant des années 2020. Elle vient de publier, le 16 mars, un document «  d'opinion  » qui présente ses propositions pour «  le futur du système de régulation de l'aviation  ». Elle veut notamment pouvoir intervenir dans le domaine des drones, de la sûreté ou de l'assistance aéroportuaire. Le régulateur européen veut aussi pouvoir se substituer aux autorités nationales sous certaines conditions.

C'est sûrement le sujet le plus chaud pour l'Easa  : comment intégrer les drones dans l'espace aérien. La question a d'ailleurs été soulevée par la commissaire européenne aux Transports Violetta Bulc lors d'une conférence sur les drones en Lettonie, le 6 mars. Une nouvelle réglementation pourrait bientôt voir le jour, avec des adaptations en fonction du type de machines et de missions. L'Easa veut aussi établir des règles de sécurité pour l'assistance aéroportuaire, qui n'existent pas au niveau européen.

L'Agence propose enfin de mettre en place des délégations de fonctions pour les autorités nationales confrontées à des manques de ressources ou d'expertises. Elles pourraient ainsi faire appel soit à l'Easa soit à une autre autorité nationale compétente pour la remplacer dans des domaines donnés.

L'Easa précise que ces propositions ont été établies en relations avec les différentes parties concernées. Elles seront bientôt transmises à la Commission européenne en vue d'une intégration dans un amendement au Règlement actuel de l'Agence en 2015.

EASA Europe Drones Assistance aéroportuaire

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription