0
Espace
Vingt-et-un Soyouz pour OneWeb
Vingt-et-un Soyouz pour OneWeb
© OneWeb Ltd

| Stefan Barensky

Vingt-et-un Soyouz pour OneWeb

Arianespace vient de signer ce qui est à ce jour son plus gros contrat de tous les temps : 21 vols de Soyouz fermes, assorti d'options pour cinq Soyouz de plus et trois Ariane 6, pour déployer l'essentiel de la constellation OneWeb, qui vient d'annoncer avoir levé 500 M$ auprès d'investisseurs privés.

Le montant de ce contrat est confidentiel. Selon Stéphane Israël, Pdg d'Arianespace, il serait « supérieur à 1 Md$ et inférieur à 2 Md$, » ce qui fera de OneWeb le plus important client d'Arianespace.

Un premier lancement est prévu à la fin de 2017 au départ du Centre spatial guyanais sur un Soyouz STB/Fregat, et emportera les dix premiers satellites de la constellation OneWeb, développés par Airbus Defence & Space et intégrés à Toulouse.

Les vingt lancements suivants se succèderont jusqu'à la fin de 2019, sur des Soyouz tirés de Guyane mais aussi - et probablement principalement - de Baïkonour. Chaque lanceur placera une grappe de 32 satellites de moins de 150 kg sur une orbite basse quasi-polaire à 500 km d'altitude.

Les satellites - à propulsion électrique - rejoindront ensuite leur orbite finale à 1 200 km d'altitude.

N'ayant pas à subir d'opération de remplissage en ergols toxiques sur le site de lancement, les satellites y seront livrés déjà intégrés sur leur dispenseur ce qui permettra de réduire la durée de leur campagne à dix jours.

Arianespace participera au développement du dispenseur qui fera l'objet d'un contrat distinct.

Parmi les éléments qui ont fait la différence par rapport aux offres concurrentes, il y a le fait qu'un Soyouz puisse emporter en une fois le nombre de satellites que OneWeb prévoit de déployer sur chacun de ses plans, la capacité du centre spatial de Samara dont les chaînes peuvent sortir plus de 25 lanceurs Soyouz par an et la possibilité d'utiliser différents sites de lancements : Baïkonour, la Guyane, mais aussi Plessetsk, voire Vostotchniy.

A partir de 2021, les lancements sur Ariane 6, premier lanceur Ariane doté d'un étage supérieur rallumable et donc particulièement adapté aux lancements de grappes sur orbites ciculaires, participeront au maintien en conditions opérationnelles de la constellation. Avec ces options, Greg Wyler, le fondateur de OneWeb souhaite se placer comme un des « clients de lancement » de la nouvelle Ariane.

Pour pouvoir assurer ce contrat, Arianespace va devoir commander 21 lanceurs supplémentaires avant la fin de l'été afin de conserver les sept déjà commandés en avril 2014 pour ses autres clients prospectifs, parmi lesquels pourrait figurer la Commission européenne pour l'achèvement du déploiement de la constellation Galileo.

Un protocole d'accord dans ce sens a déjà été signé avec Roskosmos durant le salon du Bourget.

Si Arianespace assurera la quasi-totalité du déploiement de la constellation avec au moins 650 satellites sur un total d'environ 900 (648 opérationnels plus les doublures), 39 vols sont prévus sur le petit lanceur aéroporté LauncherOne en cours de développement par Virgin Galactic. Chaque vol pourrait déployer un à trois satellites, principalement pour le replacement des satellites tombés en panne.

 

Vue d'artiste du décollage d'une Ariane 64 dans la version adoptée par l'ESA à Luxembourg et qui sera développée par Airbus Safran Launchers
Vue d'artiste du décollage d'une Ariane 64 dans la version adoptée par l'ESA à Luxembourg et qui sera développée par Airbus Safran Launchers © Cnes
Vue d'artiste du décollage d'une Ariane 64 dans la version adoptée par l'ESA à Luxembourg et qui sera développée par Airbus Safran Launchers
Lancement d'un Soyouz STB à partir du Centre spatial guyanais
Lancement d'un Soyouz STB à partir du Centre spatial guyanais © ESA/Cnes/Arianespace
Lancement d'un Soyouz STB à partir du Centre spatial guyanais
Les lanceurs Soyouz de OneWeb
Les lanceurs Soyouz de OneWeb © OneWeb
Les lanceurs Soyouz de OneWeb
Greg Wyler, fondateur de OneWeb, Stéphane Israël, Pdg d'Arianespace, et Sir Richard Branson, fondateur de Virgin Galactic
Greg Wyler, fondateur de OneWeb, Stéphane Israël, Pdg d'Arianespace, et Sir Richard Branson, fondateur de Virgin Galactic © Arianespace
Greg Wyler, fondateur de OneWeb, Stéphane Israël, Pdg d'Arianespace, et Sir Richard Branson, fondateur de Virgin Galactic

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription