0
Espace
Vega a déployé ses 53 satellites
Vega a déployé ses 53 satellites
© J. Huart / ESA

| Pierre-François Mouriaux

Vega a déployé ses 53 satellites

Ce matin, le petit lanceur européen a – enfin – testé en vol son système de lancement multiple SSMS, plaçant avec succès 53 petites charges utiles sur orbite héliosynchrone.

Quand ça veut pas…

Dévoilé lors du Salon du Bourget 2017, le service de lancement des petits satellites SSMS (Small Spacecrafts Mission Service) proposé par Arianespace devait initialement être inauguré au second semestre de l’an dernier.

Repoussée à la fin mars de cette année suite à l’échec du quinzième vol du lanceur Vega, le 11 juillet 2019, les préparatifs de la mission ont ensuite été interrompus à six reprises, du fait du confinement instauré en Guyane entre le 15 mars et le 21 avril, de vents très défavorables au-dessus de Kourou persistants entre le 18 juin et le 29 juin, puis de l’arrivée le 1er septembre d’un typhon à proximité d’une station de télémesure sud-coréenne nécessaire à la mission.

 

Soulagement

Le vol VV 16 de Vega a finalement débuté le 3 septembre à 1 h 51 UTC (fenêtre immédiate), marquant la réussite du retour en vol du lanceur léger européen, et la validation du système de lancement multiple européen.

La mission a duré 102 minutes, permettant le déploiement sur orbite héliosynchrone de 53 charges utiles, confiées par 21 clients issus de 13 pays différents : sept charges utiles de 15 à 150 kg placées dans la partie supérieure du SSMS (dont le dispenseur Ion Satellite Carrier, transportant lui-même douze cubesats), et 46 cubesats installés dans partie inférieure (Hexamodule) – le détail figure dans Air & Cosmos n°2693, paru le 19 juin dernier.

C’était la sixième mission d’Arianespace de l’année, après trois vols d’Ariane 5 depuis la Guyane et deux lancements Soyouz/OneWeb depuis le Kazakhstan.

La prochaine mission de l’opérateur européen est désormais prévue le 16 octobre depuis le Centre spatial guyanais. Un Soyouz embarquera le second satellite de reconnaissance émirien Falcon Eye.

 

Soutien européen

Le service SSMS a été développé avec le soutien de l’Agence spatiale européenne et de l’industriel italien Avio (maître d’œuvre industriel de Vega).

Il s’inscrit dans le cadre de l’initiative LLL (Light satellite, Low-cost, Launch opportunity) de l’ESA, approuvée par les ministres européens lors de la Conférence ministérielle de décembre 2016 à Lucerne (Suisse), qui vise à offrir des opportunités de lancements à bas coût pour les petits satellites européens, et de façon routinière sur les lanceurs Vega/Vega C et Ariane 6.

Le système SSMS peut accueillir des charges utiles de 1 à 500 kg, grâce à une structure en fibre de carbone développée par Avio.

Sa partie supérieure comprend une colonne centrale, une plateforme de support, des tiges ajustables et des séparateurs, et peut contenir jusqu’à 9 satellites de 100 à 150 kg.

La partie inférieure (Hexamodule) utilise un module hexagonal pour accueillir plusieurs dispositifs de déploiement pouvant emporter jusqu’à 72 nanosatellites.

Le dispenseur SSMS est fabriqué par la société tchèque SAB Aerospace, ce qui permet une intégration de satellites en Europe inédite.

La mission de validation, baptisée PoC flight (Proof of Concept), a en partie été financée par l’ESA et le volet IOD/IOV (In-Orbit Demonstration/Validation Programme) du programme Horizon 2020 de l’Union européenne.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription