0
Applications
Une constellation LEO pour Eutelsat ? © Eutelsat

| Pierre-François Mouriaux

Une constellation LEO pour Eutelsat ?

Avec le démonstrateur ELO, lancé en 2019, Eutelsat et son partenaire toulousain Sigfox vont explorer les possibilités des satellites sur orbite basse pour l'Internet des objets.

Dans son numéro 2587, paru le 24 mars, Air & Cosmos revient sur l’édition 2018 du congrès Satellite (qui s’est tenu à Washington du 12 au 15 mars), mais également sur l’annonce qui a été faite quelques jours avant son ouverture par l’opérateur de télécommunications par satellite français Eutelsat ; celui-ci a en effet révélé le 8 mars avoir passé la commande auprès de Tyvak International, spécialiste des nano-satellites, d’un cubesat expérimental de 8 kg : ELO (Eutelsat LEO for Objects).

 

Se positionner sur un marché en pleine expansion.

Placé sur une orbite héliosynchrone, entre 500 et 600 km d’altitude, dès le premier semestre 2019, ELO doit évaluer les possibilités d’échange de données à bas débit entre des objets répartis à travers le monde et un satellite placé sur orbite basse (LEO, pour Low Earth Orbit). La majeure partie de l’analyse de la mission sera effectuée par l’opérateur de télécommunications toulousain Sigfox.

Rencontré à Washington, Jean-Hubert Lenotte, directeur de la stratégie et du marketing stratégique d’Eutelsat, répond à nos questions sur cette initiative, qui pourrait déboucher à terme au déploiement d’une véritable constellation, complémentaire des réseaux terrestres, dédiée à l’Internet des objets (IdO), un marché dont la croissance devrait être exponentielle.

Démonstrateur ELO Eutelsat Internet des Objets Interview Orbite basse

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription