0
Défense

Une collision aviaire en cause

CRASH D'UN ALPHA JET UN RAPPORT D'ÉTAPE RELÈVE QUE L'INGESTION D'UN OISEAU PAR UN RÉACTEUR A PROVOQUÉ UNE RÉACTION EN CHAINE AYANT ABOUTI AU CRASH DE L'ALPHA JET À VOUVRAY, EN DÉCEMBRE 2014.

L e bureau enquêtes accidents défense (BEAD-air) a rendu, il y a quelques semaines, son rapport d'étape sur le crash de l'Alpha Jet. Pour mémoire, il s'agissait d'un vol d'instruction de nuit, depuis la base aérienne de Tours. L'Alpha Jet biplace avait à son bord un instructeur avec plus de 2 200 heures de vol et un élève pilote de 22 ans. C'est au cours d'un virage à gauche que l'instructeur perçoit, lors de la montée et de l'accélération,« deux bruits sourds,suivis immédiatement d'une décélération prononcée de l'appareil ».

L'équipage tente alors vainement de rallumer les moteurs, puis dirige le jet vers une zone sombre et s'éjecte. L'avion dévie de sa trajectoire et va finalement s'écraser sur des bâtiments d'un centre associatif,provoquant un incendie. Bilan : un mort et sept blessés. L'équipage est sauf. Les premiers résultats de l'enquête du BEAD révèlent qu'un oiseau de type pluvier doré a provoqué des dommages en cascade au réacteur gauche, aboutissant à la perte de poussée. Le rapport note également une sortie de « feu titane » de la tuyère, provoquée par la Un Alpha Jet de la BA 705 de C. COSMAO friction violente de deux pièces en titane projetant du métal en fusion.Mais le rapport n'explique cependant pas l'extinction du réacteur droit, aucun dommage interne n'ayant été constaté.Des analyses complémentaires sont en cours pour identifier des dépôts noirâtres observés sur les aubes du compresseur HP du réacteur droit. Organisme indépendant, le BEAD a un rôle analogue à celui du BEA sur les accidents concernant les avions d'Etat et ceux non immatriculés.

¦

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription