0
Défense
Transfert des XQ-58A Valkyrie vers la base d'Eglin : vers le début des essais de drones autonomes avant le Collaborative Combat Aircraft
Transfert des XQ-58A Valkyrie vers la base d'Eglin : vers le début des essais de drones autonomes avant le Collaborative Combat Aircraft
© AFRL

| Gaétan Powis 615 mots

Transfert des XQ-58A Valkyrie vers la base d'Eglin : vers le début des essais de drones autonomes avant le Collaborative Combat Aircraft

Petit à petit, l'US Air Force prépare ses futurs systèmes, en ce compris, les futurs drones d'accompagnement des avions pilotés. Pour y arriver, de nombreux projets et prototypes ont été développés et notamment le XQ-58A. Celui-ci avait effectué ses essais en vol en Arizona et le transfert vers la base d'Eglin en Floride annonce le début des essais grandeur nature, avec notamment l'accompagnement d'avions de combat pilotés et ce, en complète autonomie.

Un déplacement significatif pour le futur

Le développement d'un appareil de 6ème génération pour l'US Navy et pour l'US Air Force ne concerne pas uniquement un avion de combat de haute technologie mais bien un système composé par un avion piloté et des drones autonomes (plus d'infos dans cet article). Dans cette optique, l'US Air Force cherche à développer des drones de démonstration afin de déjà expérimenter le concept drones autonomes-avions de combat pilotés. L'arrivée ce 9 novembre du premier des deux drones XQ-58A Valkyrie de l'USAF sur la base aérienne d'Eglin (Floride, États-Unis) marque justement le début des expérimentations. Le transfert a été annoncé par la base d'Eglin (lien vers l'annonce) et les deux drones seront intégrés au sein du 40th Flight Test Squadron. 

Le Valkyrie est un drone à faible coût et à haute performance développé par Kratos Defense & Security Solutions et le Laboratoire de recherche de l'US Air Force (AFRL). Le drone a décollé pour la première fois en octobre 2019, pour un vol inaugural qui a duré 90 minutes, et ce, moins de deux ans et demi après la signature du contrat. Les essais en vol étaient effectués au sein du Yuma Proving Ground (Arizona, États-Unis) mais les installations et l'espace aérien ne permettaient pas à l'USAF de tester en conditions les deux drones, d'où leur transfert vers la Floride. En dehors des espaces aériens terrestres, la base d'Eglin offre aussi un espace aérien de plus de 342.990 km² au-dessus du golfe du Mexique - soit environ les deux tiers de la superficie de la France. Les données récoltées durant ces essais permettront à l'USAF de mieux orienter le développement des futurs drones d'accompagnement de ses avions de combat de 5ème mais aussi 6ème génération. Le programme concernant ces drones opérationnels (Collaborative Combat Aircraft, CCA) devrait d'ailleurs être lancé durant l'année fiscale 2024.

La base d'Eglin servira également dans l'essai puisque le drone autonome est un concept récent, qui plus est en ce qui concerne le Valkyrie : les installations, l'infrastructure et toute la logistique doivent être pensés et installés et ce, sans aucun précédent. La base accueillera aussi un centre de données spécifiques aux vols des XQ-58A et permettant d'améliorer le système interne du drone. Celui-ci est d'ailleurs pensé en architecture ouverte afin d'aider à l'intégration de futures améliorations ou modifications. Il permet notamment au drone de déterminer le meilleur trajet pour aller vers un point déterminé afin de répondre à un ordre donné depuis une station de contrôle au sol ou un avion de combat.

Les premiers essais grandeurs nature devraient être lancés pour la fin de l'année 2022 et les premiers essais avec des avions de combat pilotés sont annoncés pour l'automne 2023. Il faut noter que ce drone n'est pas dépendant d'une piste et peut tout à fait décoller depuis un camion semi-remorque ou un conteneur et atterrir à l'aide de parachutes. D'ailleurs, le 3 novembre dernier, un second XQ-58A Block 2 a démontré cette capacité au sein du Yuma Proving Ground (images à la fin de l'article). Le Block 2 offre déjà des améliorations avec de meilleures performances de vol et d'emport (pas encore dévoilées avec précision).

Données techniques

Ces dernières ne concernent que la version de base et non pas le XQ-58A Block 2.

  • Longueur : 9,14 mètres
  • Envergure : 8,23 mètres
  • Hauteur : 2,53 mètres
  • Vitesse de croisière : 0,72 Mach (889 km/heure)
  • Altitude : entre 15 et 13.716 mètres
  • Autonomie : 5.556 kilomètres
  • Capacité d'emport : 272,155 kilos en interne (soute) ou en externe
  • Masse maximale au décollage : 2,7 tonnes au décollage

Le 26 mars 2021, un XQ-58A avait largué un drone multi-missions ALTIUS-600 depuis sa soute.

Décollage sans piste d'un drone autonome XQ-58A Block 2 depuis le Yuma Proving Ground.
Décollage sans piste d'un drone autonome XQ-58A Block 2 depuis le Yuma Proving Ground. © Kratos Defense & Security Solutions
Décollage sans piste d'un drone autonome XQ-58A Block 2 depuis le Yuma Proving Ground.
Retour sur terre d'un drone autonome XQ-58A Block 2 à l'aide de parachutes et coussins gonflables.
Retour sur terre d'un drone autonome XQ-58A Block 2 à l'aide de parachutes et coussins gonflables. © Kratos Defense & Security Solutions
Retour sur terre d'un drone autonome XQ-58A Block 2 à l'aide de parachutes et coussins gonflables.

Répondre à () :

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité