6
Défense
SCAF : la Suède et le Royaume-Uni cherchent à rompre leur isolement © GoS

| Alexandre Rocchi

SCAF : la Suède et le Royaume-Uni cherchent à rompre leur isolement

Les ministres suédois et britannique de la Défense ont signé un protocole d’accord concernant le développement conjoint des systèmes de combat aérien du futur.

Face à l'axe mis en place entre l'Allemagne, l'Espagne et la France pour développer conjointement un système de combat aérien du futur (SCAF), le Royaume-Uni et la Suède cherchent à rompre leur isolement en s'alliant. La secrétaire d’État à la Défense du Royaume-Uni, Penny Mordaunt, et le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist, se sont donc rencontrés à Londres pour signer un protocole d’accord portant sur le développement d'un système similaire de combat aérien du futur (SCAF). S'étalant sur dix ans, cet accord doit permettre d’établir les conditions d'une coopération plus étroite concernant le développement d'un SCAF. Cela inclut la possibilité d’intégrer des technologies installées sur les Saab JAS 39 Gripen et BAE Systems Typhoon.

Selon les parties concernées, les industriels et les gouvernements des deux pays ont identifié des besoins futurs similaires en matière de combat aérien. Le ministre de la Défense suédois, Peter Hultqvist, a souligné que les relations industrielles partagées par les deux pays étaient essentielles pour garantir cette future puissance aérienne de combat. « La coopération internationale fait partie de la stratégie de croissance de Saab et la collaboration avec les industries britanniques représente cette façon de travailler, également en prévision du futur », commente Håkan Buskhe, président de Saab. Le constructeur suédois rappelle qu'il développe actuellement le chasseur de nouvelle génération, le Gripen E/F, et qu'il « s'engage à le faire en étroite collaboration avec ses partenaires stratégiques, les forces aériennes suédoises et brésiliennes, ainsi qu'avec d'autres clients existants et nouveaux du Gripen, afin que le Gripen évolue pour répondre aux nouvelles exigences opérationnelles des prochaines décennies. »

De son côté, le ministre britannique chargé des achats de la Défense, Stuart Andrew, a rappelé que le partenariat entre le Royaume-Uni et la Suède comportait déjà des exercices conjoints dans l'Arctique ainsi que l’exercice Ramstein Alloy au-dessus de l’Europe de l’Est. De même, les Typhoons de la Royal Air force sont équipés de distributeurs de paillettes et de leurres de fabrication suédoise tandis que le radar Giraffe de Saab est un élément clé du système de défense aérienne au sol britannique Sky Saber. Enfin, les Gripen sont équipés de radars conçus et construits par Leonardo à Edimbourg et le Royaume-Uni, en collaboration avec des partenaires européens, dont la Suède, a mis au point des missiles air-air Meteor.


 

SCAF Défense Saab BAE Systems

Répondre à () :


Captcha
pmpm | 01/08/2019 09:40

Comment les anglais et suedois vont ils resoudre le probleme des exportations ? meme probleme que France / Allemagne .

georges | 03/08/2019 01:52

Avant de penser export, il faudrait que ce soit un vrai accord qui débouche sur quelque chose, pour l'instant c'est juste un accord sans aucun engagement ni financement, pour discuter pour voir si un jour on fait quelque chose ensemble. Rien de comparable avec ce qui se passe entre les allemands, espagnols et français

georges | 03/08/2019 01:45

Enfin coté GB, c'est un accord extraordinaire qui démontre l'excellence du Tempest (bref les anglais courent toujours après un ralliement d'un autre pays (pour l'instant ils sont seul) et surtout courent après des sous). De l'autre coté suédois et de SAAB, c'est juste un accord sans aucune contrainte ni financement, juste pour voir si peut être dans le futur on ferra quelque chose.

Mobius | 05/08/2019 18:36

Je reste partagé sur la crédibilité financière du programme Tempest : avec de coûteux Typhoon à maintenir, de coûteux F-35 à acquérir, en plus des portes-avions et autres Poséidon (pas vraiment la solution Patmar la moins coûteuse), comment les anglais espèrent-ils se payer un tel programme? Et que faire de cette "décision" suédoise : cela semble un ticket à moindre frais pour se réserver une entrée ultérieure dans le programme. Mais pourquoi avoir choisi de le faire avec le Tempest et pas avec le FCAS? Avec l'Italie qui semble plutôt pencher aussi vers le Tempest, les anglais sont en train de mettre la zizanie avec un truc qui semble hors de leur portée!

Yvan | 07/08/2019 18:26

Marrant ou plutôt triste de constater que les européens refont la même erreur avec le "scaf" qu'avec les programmes ayant abouti aux rafales et autres typhoons 30 ans plus tôt… Plus divisés que jamais donc alors que les américains eux...

Yvan | 07/08/2019 18:26

Marrant ou plutôt triste de constater que les européens refont la même erreur avec le "scaf" qu'avec les programmes ayant abouti aux rafales et autres typhoons 30 ans plus tôt… Plus divisés que jamais donc alors que les américains eux...

| Connexion | Inscription