6
Défense
Russie : vers un come-back de Mig ?
Russie : vers un come-back de Mig ?

| Yannick Genty-Boudry

Russie : vers un come-back de Mig ?

Eclipsé par les innovations de Sukhoi tant avec le Chasseur Su-57 qu’avec l’UCAV S-70, mais surtout par son échec commercial avec le Mig-35, l’avionneur russe reste pourtant au cœur des programmes stratégiques.

 

Monomoteur de cinquième génération

Au début du mois le patron de Rostec, Serguei Chemezov a confirmé que Mig s’était vu confier la réalisation d’une plateforme de combat de 5e génération monomoteur et dronisable. Il s’agirait ci de remplacer les chasseurs multi-rôle Mig-29 et Mig-35 tant au profit des forces aériennes que navales. Ce développement auto-financé pour le moment par Rostec a été initié en 2015 avec le projet LMFS, afin de capitaliser sur les travaux originaux menés sur le prototype de cinquième génération Mig 1.44 avant que celui-ci ne soit supplanté par le PAK-FA/Su-57 de Sukhoi. On se souvient tout particulièrement des recherches menées par le bureau d’études Mikoyan pour « absorber » les ondes radar grâce à un plasma électromagnétique qui aurait été généré tout autour de la cellule. Les EAU pourraient capitaliser sur un tel programme puisqu’en février 2017 ils avaient signé un accord avec les russes pour réaliser en moins de 10 ans un avion de cinquième génération monomoteur.  

Arctique

Afin de protéger les assets stratégiques russes dans l’arctique, les autorités russes ont décidé de planifier la modernisation d’une troisième de 60 Mig 31 au standard BM (8 en 2006, 54 en 2014). Si le vénérable intercepteur russe présente toujours des performances hors normes (vitesse de 3200 km/h, plafond de 26000 m), ce nouveau standard ne lui permettra pas seulement de disposer d’une avionique et de capteurs de nouvelle génération afin de traiter simultanément 6 cibles, son rayon d’action serait porté à 4000 km afin de mener des opérations de reconnaissance à haute altitude mais surtout d’intercepter des plateformes furtives. Une attention toute particulière a été portée sur ses capacités d’interaction avec la ceinture de radars de contre furtivité actuellement en déploiement sur la côte arctique russe avec les systèmes Voronej, Rezonans, ou encore Nevo-M. Déployés au sein de trois des quatre districts militaires, plusieurs Mig-31BM viennent récemment d'entrer en service opérationnel au sein de la base d'Anadyr située dans l'extrême-orient russe à proximité des côtes américaines. Une base à partir de laquelle opèrent ponctuellement les bombardiers stratégiques Tu-22M3 et Tu-160.

ASAT et 6e Génération

Mais surtout, n’oublions pas que le standard BM a été pensé pour intégrer deux armes disruptives de l’arsenal russe : Le missile hypersonique Khinjal, et un second encore plus imposant, le 79M6, photographié en septembre 2018 sur la base moscovite de Joukovsky. Ce missile balistique aurait pour but de ressusciter le programme Ichim/Kontakt qui avait non seulement pour but de mettre en orbite un satellite en orbite basse avec un délai de préavis de quelques heures, mais surtout de détruire grâce à un « véhicule tueur » les satellites militaires américains les plus critiques… une capacité qui serait renforcée avec l'arrivée du Mig-41 annoncé l'été dernier par le pdg de Mig en personne Ilia Tarasenko. Cet avion de 6e génération successeur du Mig-31 serait un intercepteur habité à capacité spatiale (un concept expérimenté depuis la fin des années 60 dans le cadre du programme Spiral et le fameux prototype Mig-105) en mesure de neutraliser les satellites, les drones orbitaux comme le X-37B, ou encore les planeurs hypersoniques grâce à son altitude d'évolution, sa vitesse, et à l'énergie cinétique de ses vecteurs dont la portée sera décuplée une fois qu'ils auront quitter l'atmosphère. En cela le concept d'emploi des avions de 6e génération russes se distingue des approches occidentales.

 

Le mois prochain Air&Cosmos consacrera un dossier spécial au renforcement des capacités anti-aériennes russes dans l’arctique.

 

Capture d’écran 2020-12-13 à 10.45.39.png
Vue d'artiste du monomoteur Mig de 5e génération (DR).png ©
Capture d’écran 2020-12-13 à 10.45.39.png

Répondre à () :


Captcha
Le Goff | 14/12/2020 11:28

Passionné par les évolutions russes en matière d'aéronautique

Flore Mesmin FONDJA | 14/12/2020 11:33

Russie polyvalente et invincible

charles Falcon | 15/12/2020 02:00

Des prétentions à la réalité, il y a un gouffre. Invincibles, inégalables sur le papier les matériels russes se prennent régulièrement des gamelles dans la vraie vie. Voir récemment en Lybie, leur dispositif antiaérien prétendu le meilleur du monde laminé par la Turquie, pourtant un pays de troisième zone sur le plan militaire et économique...

Ettaouss | 14/12/2020 19:22

Oh may-god !

GBLAKE75 | 14/12/2020 19:45

The best value for money...

Elyo | 19/12/2020 22:59

Les vues d’artistes c’est toujours très beau et reconnaissons que les aéronefs russes ont de la gueule mais je m’interroge sur leur réelle valeur, pour preuve le fait que tous les ennemis d’Israël en possèdent mais aucun n’a pu remettre en cause la supériorité incontestable des forces aériennes des israéliens

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription