6
Défense
Rafale Egypte: Un contrat de 4 Geur
Rafale Egypte: Un contrat de 4 Geur

| La Rédaction

Rafale Egypte: Un contrat de 4 Geur

En disposant de la seconde flotte de Rafale au monde après celle de l'Armée de l'Air française, l'Egypte sécurise son ambition régionale, et offre à la filière aéronautique française une nouvelle dynamique

L'attente

La décision était attendue avec impatience par les industriels français depuis l'année dernière, car l'Egypte souhaitait avant tout acquérir des appareils neufs. Mais les difficultés budgétaires du gouvernement Egyptien, et la teneur hautement politique de ce contrat en "G to G" (Governement to Governement) avec le gouvernement français apportaient chaque semaine son lot d'informations contradictoires. Ainsi lorsque les premières informations ont commencé à filtrer hier soir sur la signature du contrat, de nombreux industriels semblaient encore incrédules. Un indice qui démontre que le secret des négociations semble avoir été protégé avec la plus grande rigueur par les négociateurs. Pourtant le contexte actuel était des plus favorables. Le Maréchal Sissi avait été décoré Grand Croix de la Légion d'Honneur aux Invalides lors de son voyage officiel du 7 décembre dernier dans le but d'apaiser les relations avec Paris. Mais surtout l'achat par l'Egypte de deux frégates FREMM en 2020 à l'Italie, appelait la concrétisation imminente d'un contrat d'armement majeur avec la France pour maintenir le statu quo diplomatique entre les deux grands parrains européens du Caire. Or le seul contrat en lice, après les FREMM (françaises) était le Rafale.

Ordre de bataille

L’acquisition de ces 30 Rafale va considérablement renforcer la puissance de l’AL QUWWAT AL JAWWIYA IL MISRIYA en Méditerranée orientale et dans la BSS. Première force aérienne Arabe de la région avec l’Algérie, l’Egyptian Air Force a su profondément renouveler son ordre de bataille au cours des dernières années. Exit les obsolètes Mirage V, Chengdu F-7 et autres Phantom F-4. Fidèle à sa politique de diversification, l’EAF a décidé d’équiper sa flotte avec 4 types d'appareils de quatrième génération : 54 Rafale, 46 Mig29M/M2, 24 F-16 Block 50/52 et 24 Su-35SE ont été commandés ces dernières années. Ces appareils qui formeront l’ossature des forces égyptiennes à l’horizon 2030 sont complétés par une centaine de F-16C/D Block 15/32/40 et une petite dizaine de Mirage 2000 EM. Importante numériquement, la flotte de l’EAF souffre néanmoins de certains trous capacitaires comme l’absence d’avions ravitailleurs destinés à assurer sa projection, ainsi que d'avions ISR devenus un discriminant indispensable dans le cadre des opérations de contre-terrorisme. Mais là aussi la France peut apporter son aide avec le MRTT ou l'ALSR. Pour autant, cette nouvelle commande va permettre à l’EAF de rehausser son niveau opérationnel d’autant plus que le rival régional Turc ne disposera pas d’aéronefs aussi sophistiqués avant la prochaine décennie. Aussi, les Rafale pourraient être utilisés pour mener des frappes de hautes précisions grâce au nouveau pod de désignation Talios qui offre, en plus de nouvelles innovations opérationnelles, la capacité de déjouer certaines techniques de camouflage. Mais également grâce au standard F3R et au couple radar RBE2/Meteor d'assurer une capacité de supériorité aérienne inédite dans la région. Enfin le Rafale permettra également de maintenir l'équilibre avec Tel Aviv suite à l'arrivée des F-35 israéliens. 

3,95 Geur

Client de lancement du Mirage 2000 à l'export, l'Egypte l'a été également pour le Rafale dés 2015 avec l'acquisition de 24 appareils. Il semble qu'en dehors du contrat avec Dassault d'un montant de 3,75Geur, un second contrat de 200 Meur portant sur l'armement des appareils aurait été signé avec Safran (AASM) et MBDA séparément. Si le prêt du premier contrat accordé à l'Egypte par les banques françaises (CIC, BNP, SG, LCL) avait été garanti à hauteur de 60% par l'Etat français, ce nouveau contrat serait lui garanti à plus de 85%. Toutefois, avec un coût unitaire de 131 Meur avec l'armement et la maintenance, le Rafale, et qui plus est au standard F3, devient de plus en plus attractif à l'export. Ainsi dés que les livraisons des Rafale indiens seront achevés, la chaîne de production de Dassault Aviation se concentrera sur les livraisons au Caire à partir de mai 2022, pour s'achever fin 2025.  Mais surtout ce nouveau contrat offrira une bouffée d'oxygène inespérée aux sous-traitants de la filière aéronautique française, durement frappée par la crise liée au Covid-19, et qui ainsi pourront sécuriser prés de 7000 emplois.   

 

 

Répondre à () :


Captcha
Yves.G | 04/05/2021 14:14

Bravo à Dassault, à leur constance, ils sont capable en solo de sortir l'avion de 5 et 6ème génération.....

KasugaKyosuke | 04/05/2021 14:34

En effet, félicitations à Dassault. Ils sont en effet capable de développer et construire un avion de 6ème génération seul avec leurs partenaires français comme Thales, SAFRAN, SNECMA, MBDA, etc ... Malheureusement, nos politiques veulent jouer sur la carte de l'Europe de la défense, et partager les coups qu'on pourrait soutenir seul. Pas mal de tensions sont encore apparentes, notamment la plus inquiétante, celle qui a démontré le très grand et mauvaise intérêt de l'Allemagne, pour les secrets industriels de Dassault. J'espère que Dassault et ses partenaires vont rester prudents, et ne pas se faire marcher dessus par les politiciens et leurs décisions souvent très douteuses.

Kiki | 04/05/2021 21:04

Le Geur..... C'est nouveau ça....

Gillou | 05/05/2021 08:26

oui, c'est maladroit comme écriture

PeeF | 05/05/2021 09:23

Tout est dit, 85% de prêts accordés par l'économie française. Où s'arrête le contrat commercial et où commence l'aide aux industriels ? De plus, si l'Egypte doit entrer en conflit avec un de ses voisins, ne va-t-on pas trainer des pieds quand il faudra fournir de l'assistance, des équipements ou des munitions ?

Joss Beaumont | 10/05/2021 18:25

Bien au contraire, je peux te dire que la France soutiendra à fond l'Egypte pour garantir le retour de ses milliards d'euros. Et vu que le seul adversaire véritablement dangereux du Caire est la Turquie, elle ne se fera pas prier !

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription