0
Aviation Civile

Prague célèbre l'observation de la Terre

SYMPOSIUM PLaNÈTe VIVaNTe 2016

LA CAPITALE dE LA RéPUBLIqUE TCHÈQUE * ACCUEILLAIT dU 9 AU 13 MAI LE SyMPoSIUM PLANèTE VIVANTE, LE PLUS IMPoRTANT RASSEMBLEMENT EURoPéEN CONSACRÉ à L'oBSERVATIoN dE LA TERRE.L 'observation de laTerre n'est plus une affaire de scientifiques,c'est désormais une activité socio-économique à part entière »,se FÉéÉLICITAITVOLKER Liebig, le directeur des programmes d'observation de laTerre à l'ESA **, lors de la cérémonie d'ouverture du 5e symposium Living Planet (Planète vivante),dont il fut l'initiateur en 2003. Et pour cause : plus de 3300 scientifiques et utilisateurs en provenance de 85 pays se sont retrouvés au Centre des congrès de Prague pour participer à cette édition 2016 qui comptait deux fois plus de participants qu'en 2013 à Edimbourg et qui s'est distinguée par un nombre record d'interventions :875 présentations orales lors de 175 sessions,réparties en neuf thématiques (atmosphère, climat et météorologie, océanographie, cryosphère, géodésie, dangers, méthodologies et produits, environnement terrestre et applications terrestres).

SOUrce De MOTIVaTION.De nombreuses sessions se sont intéressées tout particulièrement aux résultats de trois satellites de l'ESA actuellement en service : CryoSat,Smos et Swarm.Ils ont permis de livrer de nouvelles informations précieuses sur la cryosphère terrestre, l'humidité des sols et la salinité des océans,et sur le champ magnétique. L'accent a été mis sur les satellites Sentinel déployés en constellations opérationnelles pour le système Conées, pernicus de l'Union européenne. Les quatre exemplaires déjà lancés démontrent leur rôle efficace dans la surveillance de l'environnement et dans les actions de protection civile.En deux ans,ils ont fourni environ quatre petabytes de don-qu'il s'agit de combiner avec les données aériennes et in situ (les mégadonnées). L'accès gratuit à ces données s'avère d'un intérêt crucial pour de nouvelles applications dans le cadre des technologies de l'information et de la communication qui sont en plein essor dans le monde. Enfin, les résultats des satellites de recherche Goce, ERS et Envisat de l'ESA, ainsi que d'autres satellites exploités par des agences spatiales nationales, ont été mis en évidence pour la compréhension de phénomènes naturels qui ont un impact sociétal.

Dans un contexte de changements climatiques rapides, de diminution des réserves d'eau potable, de fonte de glaces et de croissance de la population, les collectes de données en provenance de l'espace s'accélèrent et peuvent servir de soutien à l'accord de la COP21,avec un besoin d'information sur de longues périodes. Une trentaine de nouveaux satellites d'observation de la Terre européens sont actuellement en préparation. « J'espère que les jeunes scientifiques qui participent à cette conférence y trouveront la motivation pour continuer à prendre soin de la Terre grâce aux technologies spatiales », a pour sa part déclaré Wolfram Mauser, le président du Centre pour la science spatiale de l'ESA (Esac), dans son allocution de bienvenue. ¦ De notre envoyé spécial à Prague, Pierre-François Mouriaux * La République tchèque fut le premier pays de l'Est à rejoindre l'ESA en juillet 2008.

** L'observation de la Terre est le premier poste budgétaire de l'ESA, avec un montant de 1603,5 M€ en 2016 (30,5 % du budget global).

« Un euro investi

dans l'espace

crée au moins six

euros de retour

sur investissement.

»

Jan Woerner, directeur général de l'ESA.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription