8
Défense
Pitch Black 2022 : l'Air Commander Australia à bord d'un Rafale de l'Armée de l'Air et de l'Espace
Pitch Black 2022 : l'Air Commander Australia à bord d'un Rafale de l'Armée de l'Air et de l'Espace
© Sébastien Lafargue (AAE)

| Gaétan Powis 666 mots

Pitch Black 2022 : l'Air Commander Australia à bord d'un Rafale de l'Armée de l'Air et de l'Espace

Dans le cadre de la mission PEGASE 2022, l'Armée de l'Air et de l'Espace participe aux trois semaines de l'exercice international Pitch Black 2022, organisé par l'Australie. Durant l'un des vols de la première semaine, l'Air Vice Marshall Darren Goldie, l'Air Commander Australia, a eu l'opportunité d'effectuer un vol en siège arrière sur l'un des Rafale français. C'est aussi durant la première semaine que le contingent français a eu l'occasion de présenter leur dispositif à Richard Marles, le ministre de la Défense australien.

Deux visiteurs australiens importants

Durant les divers vols de l'exercice international Pitch Black 2022, l'Air Vice Marshal Darren Goldie, le commandant des forces aériennes australiennes (Air Commander Australia, ACAUST) a eu l'occasion d'effectuer un vol au sein d'un des Rafale de l'Armée de l'Air et de l'Espace. Il a été accueilli par le général Stéphane Groën, le commandant de la mission Pégase 2022. Après un briefing, l’ACAUST s’est dirigé vers un Rafale B (biplace), stationné sur la base aérienne de Darwin (Territoires du Nord, Australie). L’avion de combat français a ensuite décollé pour une mission de deux heures.

Le 26 août, les aviateurs français accueillaient Richard Marles, le ministre de la Défense australien. Le général Groën a présenté au ministre la mission PEGASE, en lien avec la stratégie française et européenne dans la région Indopacifique. Durant la visite du contingent, le général a présent le hub logistique français de Darwin, utilisé pour toute la durée de l'opération (volume de 150 m³, 50 tonnes de matériels). L'exercice Pitch Black 2022 a bien évidemment été discuté : c'est une occasion inestimable pour les appareils français et australiens à s'entrainer dans une zone très grande, dont la superficie équivaut quasiment à un quart du territoire métropolitain.

Ces deux visites confirment les bonnes relations entre les deux pays dont de nombreux intérêts sécuritaires sont communs dans la région : la France possède de nombreux territoires en Asie-Pacifique et l’Australie est un partenaire de défense régional majeur dans la zone. En ce qui concerne les forces projetées dans le cadre de Pitch Black 2022, l'AAE a déployé trois avions de combat Rafale, un avion de transport tactique CN-235 Casa et un ravitailleur 330 MRTT Phénix dans le cadre de la mission de projection en Asie-Pacifique Pégase 2022 (plus d'informations ici).

Le ministre de la Défense australien à bord d'un Rafale français pendant l'exercice Pitch Black 2022.
Le ministre de la Défense australien à bord d'un Rafale français pendant l'exercice Pitch Black 2022. © Sébastien Lafargue (AAE)
Le ministre de la Défense australien à bord d'un Rafale français pendant l'exercice Pitch Black 2022.

Une première semaine d'exercice

L’exercice a commencé depuis le 23 août sur un rythme léger : la première semaine est avant tout centrée sur l’adaptation des participants :

  • Procédures spécifiques
  • Acclimatation aux conditions météorologiques
  • Dialogues avec les différentes autorités australiennes et étrangères

Cependant, les vols de la première semaine ne sont pas de simples vols de reconnaissance. Les missions d'entrainement au combat sont déjà nombreuses puisque dès le premier jour, un combat un contre un contre les Eurofighter allemands avait été organisé. La montée en puissance est graduelle : le troisième jour, le nombre d’avions amis augmente à deux ou quatre contre un nombre varié d’ennemis, comme le montre la photo ci-jointe. Par ailleurs, le second objectif de la première semaine est d'effectuer au moins un vol avec tous les autres participants, afin de confirmer l'interopérabilité avec les "grandes manœuvres" des semaines deux et trois de l'exercice.

L’A330 MRTT ne chôme pas non plus : ravitaillement de Su-30 MKI indien dès leur arrivée en Australie et ravitaillement des appareils des différentes forces aériennes impliquées. L'exercice est aussi une occasion de s'entrainer au ravitaillement par flying boom : la très grande majorité des appareils de l'AAE se ravitaillent par probe-and-drogue (l'avion à ravitailler doit manœuvrer pour connecter sa perche de ravitaillement à un panier relié au tanker par un flexible). De fait, l'utilisation du flying boom (le Phénix déploie une perche rigide qui se connecte à l'appareil à ravitailler, ce dernier ne devant en aucun cas manœuvrer, hormis rester stable derrière le tanker) est limitée au sein de l'AAE (Phénix, Stratotanker, AWACS). Il y a aussi l’organisation d’échanges prévus pendant les deux prochaines semaines. En tout, ce sont six forces aériennes (Australie, Allemagne, Corée du Sud, France, Royaume-Uni et Singapour) qui sont présentes avec au moins un A330 MRTT. Il faut aussi noter la présence d'un A330 MRTT de Multinational Multirole Tanker Transport Unit au sein du contingent allemand, comme le démontre le tweet ci-joint, durant le show aérien organisé lors de chaque Pitch Black sur l plage de Mindil.


Répondre à () :

JJD | 01/09/2022 11:49

Obsolète n'est pas vraiment le terme adéquate.... ces chers aussis ont "commandé" des sous marins à propulsion nucléaire qui seront disponible peut être dans 20 ans avec un équipage US.....

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité