0
Retour sur la Lune
Orion a frôlé la Lune
Orion a frôlé la Lune
© NASA

| Pierre-François Mouriaux 428 mots

Orion a frôlé la Lune

Le 21 novembre a marqué une nouvelle étape marquante de la mission Artemis 1 de la Nasa, avec un passage à seulement 130 km de notre satellite naturel.

Un vaisseau sous influence

Dimanche 20 novembre, quatre jours après son départ réussi depuis la Floride, la cabine Orion de la Nasa et son module de service ESM (European Service Module) ont effectué une nouvelle correction de trajectoire, qui leur ont permis d’entrer dans le champ gravitationnel de la Lune, faisant de cette dernière, et non de la Terre, la principale force agissant sur le vaisseau spatial.

Le lendemain, au sixième jour de mission, Orion a effectué le passage le plus proche de notre satellite artificiel au cours de la mission Artemis, à seulement 130 km d’altitude.

 

Orbite DRO

Le vaisseau doit maintenant se placer sur une orbite rétrograde éloignée DRO (Distant Retrograde Orbit), qui présente l’avantage d’être très stable, et nécessite peu de carburant pour un voyage prolongé dans l'espace lointain.

Cette orbite est dite rétrograde parce qu'Orion se déplace autour de la Lune dans le sens inverse de celui dans lequel la Lune se déplace autour de la Terre ; elle est distante car son apogée se trouve à une altitude élevée par rapport à la surface lunaire : 92 134 km.

Elle sera atteinte vendredi 25 novembre, et sera l’occasion d’allumer une nouvelle fois le moteur principal d’Orion pour modifier sa trajectoire.

Le point le plus éloigné de la Terre, lui, sera atteint lundi 28 novembre : Orion sera alors distant de quelques 432 108 km, surpassant le record détenu depuis le 14 avril 1970 par la mission Apollo 13 (401 056 km), pour un vaisseau spatial conçu pour transporter des astronautes.

 

Une photo qui rappelle la mission Apollo 8

Lors de son premier survol de l’astre des nuits, le vaisseau a réalisé toute une série de clichés grâce aux caméras vidéo installées à l’extrémité de ses panneaux solaires.

Ici, une prise de vue qui rappelle le célèbre « lever de Terre » immortalisé en décembre 1968 par la mission Apollo 8 : notre planète apparaît, petite et fragile, sous la Lune qui cette fois nous montre sa face cachée, éclairée par le Soleil.

La tache la plus sombre au milieu de l'image est la mer Orientale (Mare Orientale), l'une des structures de la Lune les plus impressionnantes, ceinturée par deux chaînes de montagnes.

 

Au-delà des attentes

« La mission continue de se dérouler comme nous l'avions prévu. Les systèmes au sol, nos équipes d'exploitation et le vaisseau Orion continuent de dépasser les attentes », s’est réjoui le 21 novembre Mike Sarafin, responsable de la mission Artemis 1 à la Nasa.

Orion repassera devant la Lune le 5 décembre.

Cette fois-ci, la face visible de la Lune sera ensoleillée, et on peut espérer que les caméras d'Orion pourront prendre des images des sites d'atterrissage du programme Apollo…

Artemis Orion Flyby ESM


Répondre à () :

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité