0
Défense
Opérations : les moyens de renseignement progressivement renforcés
Opérations : les moyens de renseignement progressivement renforcés
© Jean-Luc Brunet / Armée de l'air et de l'espace

| BOQUET Justine

Opérations : les moyens de renseignement progressivement renforcés

Avec la réception de son second ALSR, l'Armée de l'Air et de l'Espace renforce ses capacités de renseignement. Les appareils viendront à terme soutenir les opérations.

Avions légers de surveillance et de reconnaissance.

L'Armée de l'Air et de l'Espace a réceptionné le 2 décembre son second avion léger de surveillance et de reconnaissance. Nommée Vador, pour vecteur aéroporté de désignation, d'observation et de reconnaissance, la flotte sera prochaine complétée par un troisième appareil. Cette commande devrait intervenir dans les prochains jours et s'inscrit dans le cadre du plan de soutien à l'aéronautique. L'appareil devrait être réceptionné en 2023. La LPM prévoit une flotte de huit aéronefs d'ici 2030.
 

Renseignement.

Les Vador reposent sur « un avion bimoteur de type Beechcraft King Air 350 équipé de moyens de renseignement nationaux de dernière génération », souligne le Ministère des Armées. L'ambition est ainsi de pouvoir compléter les moyens de récolte du renseignement mis en œuvre en opérations, où opèrent notamment déjà les drones Reaper français. Avant de rejoindre les théâtres d'opération, les Vador seront évalués par le CEAM, centre d'expertise aérienne militaire. La flotte est opérée par l'escadron électronique aéroporté de la base aérienne 105 d'Evreux.

 

OPEX. 

L'arrivée des ALSR et le passage de la flotte Reaper au Block 5 permettra à la France de disposer de moyens de ISR performants. Outre un déploiement en opérations, les Vador pourront être employés dans le cadre de la mission de Posture permanente de sûreté aérienne. « L'objectif est de réaliser des missions collaboratives en croisant les renseignements obtenus avec d'autres aéronefs, tels que le Transall C160 Gabriel, les drones, les Rafale, [les ATL2] ou encore d'autres vecteurs des armées », rappelait le Ministère des Armées, lors de la réception du premier appareil le 6 août dernier. De par son emploi pour des missions de renseignement, l'équipage de l'ALSR s'articule autour de deux pilotes, d'un officier renseignement, d'un opérateur capteur dédié à la boule optronique et d' « une personne dédiée à l'interception de signaux », complète l'Armée de l'Air et de l'Espace. La flotte Vador sera complétée par les systèmes Archange, qui viendront remplacer les Transall Gabriel. Deux appareils ont ainsi été commandés et seront livrés à partir de 2025.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription