advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


4
Industrie
Norvége: Soupçons de captations technologiques Russes
Norvége: Soupçons de captations technologiques Russes

| La Rédaction

Norvége: Soupçons de captations technologiques Russes

Oslo a bloqué la vente au groupe russe TMH du fournisseur de la marine norvégienne, Bergen Engines

Soupçon 

Il y a quelques jours, nous évoquions le motoriste ukrainien Motor Sich nationalisé pour éviter le transfert de technologies aéronautiques sensibles vers la Chine. Voici désormais venu le tour de Bergen Engines, société norvégienne rattachée au motoriste Rolls-Royce. Cette entreprise spécialisée dans les moteurs maritimes et ferroviaires devait être vendue au groupe russe TMH (Transmashholding), un motoriste de renom spécialisé dans les motrices. Mais cette transaction d’une valeur de 150 millions d’euros a été suspendue à la dernière minute par le gouvernement norvégien. En effet, Bergen Engines est l'un des fournisseurs de la marine norvégienne (Sjøforsvaret), et Oslo alerté par les services britanniques, craignait le transfert indésirable de technologies critiques. Une enquête approfondie est en cours.

Relation conflictuelle 

Les relations Russo-Norvégiennes sont désormais tendues, après une accalmie au sortir de la guerre froide, elles ont repris en intensité suite à l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Partageant une frontière commune en Arctique, les deux pays s’accusent mutuellement et fréquemment d’intrusions dans leurs espaces aériens respectifs. La Norvège fut d’ailleurs le théâtre du plus grand exercice de l’OTAN depuis les années 1980 avec Trident Juncture, qui avait réuni jusqu’à 40 000 militaires en 2018 pour faire face notamment à une guerre hybride.

Vers une issue prévisible ?

La Russie a quant à elle réagit par la voie de son ambassade à Oslo et se dit « préoccupée » par la tournure politique de cette transaction, tout en dénonçant un « sentiment anti-russe croissant ». Néanmoins, le groupe TMH impliqué dans la transaction a affirmé qu’il allait mettre tout en œuvre pour répondre aux critères et aux exigences de la commission d’enquête. Malgré cela, cette vente semble déjà compromise dans la mesure ou le commandant en chef de l’armée norvégienne, Eirik Kristoffersen, a déclaré que plus aucune livraison ni commande ne serait validée si Bergen Engines passait sous pavillon russe.

 

Répondre à () :


Captcha
Kondryszyn | 17/03/2021 12:48

Où les diplomates découvrent l'importance des ingénieurs .

Dejuly | 18/03/2021 08:30

Actuellement il y a une hystérie galopante chez tous le tout militaire prend une proportion de paranoïa sur toute les NATIONS du globe. Vrai les Russe on embalait cette frénésie les TURQUES les CHINOIS les Algeriens et en train d'enfer ATTENTION DU DÉBORDEMENT. QUAND A LA NORVEGE ELLE ENTIERMENT RAISON DE GARDER SES FKEURONS INDUSTRIELS.

Max | 18/03/2021 16:42

De menace guerrière je la vois plutôt au sud bien que la Russie fasse feu de tout bois pour déstabiliser les démocraties otaniennes. Quoi de plus facile quand Internet et les réseaux sociaux supplante l'éducation familiale et l'école. Un conflit de civilisations génocidaire se prépare avant la fin de cette décennie avec pour cible première l'Europe judéo-chrétienne. Personnellement je fais confiance aux prospections stratégiques des 3 CEMA français comme celles des différents thinktank, commissions parlementaires, à la Revue Stratégique, à l'école de Guerre, IHEDN, IRSEM, DGRIS, DGSE et DGSI !

JABBOUR Samir Michel | 24/03/2021 10:31

Vos articles sont intéressants

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription