0
Aviation Civile
MRO : le "Smart Lander" d'ATR et de Safran
MRO : le "Smart Lander" d'ATR et de Safran
© ATR

| La rédaction 326 mots

MRO : le "Smart Lander" d'ATR et de Safran

ATR et Safran Landing Systems ont mis au point un service de diagnostic des trains d'atterrissage afin d'optimiser le temps de réponse du constructeur en cas d'atterrissages durs et permettre une remise en service rapide de l'avion.

Un service MRO qui s'appuie sur l'apprentissage automatique

Le train d'atterrissage est un des éléments clefs de l'exploitation commerciale d'un avion et c'est un système soumis à des chocs permanents dont certains sont impactants en cas d'atterrissages durs. ATR et Safran Landing Systems se sont donc associés pour mettre au point un service de diagnostic baptisé "Smart Lander" et qui vise à réduire les temps d'immobilisation avion en accélérant le temps de réponse du constructeur et permettre ainsi une remise en service rapide. Un service MRO qui s'appuie sur la technologie de l'apprentissage automatique ou "machine learning".

Des centaines de milliers de simulations

"Smart Lander", qui est une première, est ainsi alimenté par des centaines de milliers de simulations d'atterrissages durs. Ce qui permet d'émettre des recommandations, à l’attention des opérateurs, sur les actions de maintenance à effectuer selon la brutalité de l’atterrissage et le degré de charge subi par les trains. L’appareil peut ainsi être autorisé à poursuivre ses opérations commerciales ou, au contraire, se voir diriger vers une base de maintenance. Un processus qui prend moins d'une heure, contre plus d’une semaine auparavant.

Réduction du temps d'immobilisation et des coûts

Pour une compagnie aérienne, un avion immobilisé se traduit par de la perte de recettes, des coûts fixes qui courent toujours et des coûts supplémentaires (gestion passagers, vols à reprogrammer, réparations,...). Un vrai cauchemar, notamment pour un opérateur qui a peu d'avions en flotte. «Notre ancien processus pouvait prendre de 10 à 20 jours ouvrables. Des analyses devaient être réalisées à la fois par le Bureau d’études ATR et Safran Landing Systems pour décider si l'appareil pouvait être remis en service", raconte David Brigante, Directeur du Support client et des Services d’ATR, et qui poursuit : "Smart Lander nous permettra de réduire considérablement notre temps de réponse, donc d’augmenter la disponibilité des appareils, de réduire les coûts pour nos clients et d’améliorer leur satisfaction. Et ce tout en maintenant la même qualité d’analyse qu’auparavant".


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité