0
Défense
Missile MBDA Sea Venom : les tirs de qualif. sont achevés
Missile MBDA Sea Venom : les tirs de qualif. sont achevés
© MBDA

| La rédaction

Missile MBDA Sea Venom : les tirs de qualif. sont achevés

Il y a une dizaine de jours, les équipes de MBDA ont réalisé le dernier tir de qualification du missile antinavire Sea Venom/ANL sur le site d'essai DGA de l'Ile du Levant.

Le missile Sea Venom/ANL qualifié

Réalisé le 17 novembre dernier, cet ultime tir de qualification du missile Sea Venom/ANL de MBDA avait pour but de valider les performances du missile en termes "de discrimination de cible en environnement naval dense et complexe". "Les essais précédents avaient permis de tester le domaine de séparation et de tir, le vol rasant à basse altitude, ainsi que les modes d’engagement du missile, tels que l’accrochage après tir (LOAL), l’accrochage avant tir (LOBL), l’opérateur dans la boucle ou encore la sélection du point d’impact", rappelle MBDA. 

Premiers essais sur hélicoptère Lynx

Les premiers essais avaient commencé en 2017 sur un hélicoptère Lynx Mk 8 de la Royal Navy. Des essais d'embarquement et de largage du Sea Venom/ANL. Puis en avril 2018, avait suivi un tir depuis un hélicoptère Airbus Panther "avec vol du missile à très basse altitude et accrochage de la cible en milieu de course ». "La conduite de ce tir anti-navires a permis de mettre en lumière la capacité du missile à naviguer « au raz de l'eau (sea-skiming) et le bon fonctionnement de la liaison de données entre le missile et l'hélicoptère », avait alors précisé le Ministère des Armées. Puis, en fin d'année 2018, s'était déroulé un nouveau tir d'essai qui avait permis "de confirmer la capacité d'accrochage avant tir du Sea Venom-ANL, l'opérateur utilisant les images provenant de l'autodirecteur à infrarouge du missile pour désigner la cible avant le tir". L'essai s'est déroulé au centre d'essai de l'Ile du Levant depuis un hélicoptère d'essai Dauphin de la DGA.

Premier tir de qualif. en février dernier

Le premier tir de qualification du missile sur l'Ile du Levant au centre d'essais de missiles de la Direction générale de l'armement (DGA) a été effectué en février 2020. "Le missile a été tiré depuis un hélicoptère Dauphin de DGA Essais en vol progressant à une altitude proche de la hauteur minimale nécessaire au lancement du missile, ce dernier atteignant sa vitesse de croisière alors qu’il effectuait un vol rasant (sea-skimming). Pendant la dernière phase du vol, l’opérateur a utilisé les images provenant de l’autodirecteur à infrarouge –transmises par la liaison de données- du missile pour ajuster le point d’accrochage sur la cible. Le missile a ensuite suivi le point désigné jusqu’à atteindre la cible avec une précision extrême", indiquait alors MBDA.

Le missile antinavire Sea Venom/ANL, qui équipera bientôt les hélicoptères Wildcat AW159 de la Royal Navy et H160M Guépard de la Marine Nationale, est un programme en coopération réalisé dans le cadre du traité de Lancaster House, conclu entre la France et le Royaume-Uni, il y a eu dix ans ce mois-ci. Le Sea Venom/ANL est également le premier programme à bénéficier pleinement des centres d’excellence franco-britanniques spécialisés dans les technologies des missiles, qui ont été mis en place par le traité de Lancaster House.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription