0
Espace
L'Europe privée du signal Galileo © GSA

| Pierre-François Mouriaux

L'Europe privée du signal Galileo

Depuis quatre jours, l'ensemble des 24 satellites du système de navigation européen est totalement muet, sans explication précise.

Bug généralisé ou piratage ? Jeudi 11 juillet, le système de positionnement par satellite européen a cessé de fonctionner, sans crier gare, interrompant ainsi ses services initiaux, lancés en décembre 2016.

La GSA (European Global Navigation Satellite Systems Agency), l'agence en charge du système Galileo et décentralisée depuis 2012 à Prague, la capitale de la République tchèque, a d’abord émis à 11h45 UTC une laconique note d’information aux utilisateurs (Notice Advisory to Galileo Users – NAGU n°2019025), qui précisait : « Jusqu’à nouvel avis, les utilisateurs pourraient connaître une dégradation du service sur tous les satellites Galileo. Cela signifie que les signaux peuvent ne pas être disponibles, ni respecter les niveaux de performances minimum définis dans les documents de définition de service, et devra être employé au propre risque de l’utilisateur. Le service nominal sera rétabli le plus tôt possible. »

Deux autres notes, diffusées samedi 13 juillet, confirmaient la panne généralisée (« Les messages de navigation de tous les satellites ont cessé depuis le 12/07/2019 à 01h50 (UTC) »), suite à « un incident technique dans l'infrastructure terrestre de Galileo ». Elles encourageaient à se passer du système : « Jusqu’à nouvel avis, les utilisateurs connaissent une panne de service. Les signaux ne doivent pas être utilisés ». Seul le service d'urgence SAR (Search And Rescue) resterait opérationnel.

Enfin, dimanche 14 juillet, la GSA assurait que « les experts travaillent pour rétablir la situation le plus rapidement possible. Un comité d'analyse des anomalies a été immédiatement mis en place pour analyser la cause première exacte et mettre en œuvre des actions de récupération ».

 

Le centre de Fucino au cœur du problème.

La panne viendrait du centre de contrôle Galileo (GCC), l’un des deux centres névralgiques du système, inauguré en décembre 2010 à Fucino, dans la région des Abruzzes, en Italie.

Le GCC est responsable pour tous les services de navigation fournis par Galileo. Il est censé générer, transmettre et distribuer le signal de navigation, en assurant son intégrité, sa qualité et sa précision. En outre, il doit maintenir les horloges à bord de chaque satellite de la constellation, synchronisées avec le système Galileo général (Precise Timing Facility).

Un revers très sérieux pour le futur concurrent du GPS américain et outil de souveraineté européenne, déjà victime de nombreux déboires et cafouillages depuis son douloureux lancement en 2001 (retards, dépassements de coûts, éléments mal positionnés, défaillance des horloges internes...).

Galileo GNSS GSA Panne Navigation par satellite

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription