7
Ukraine
Les MiG-29 ukrainiens sont désormais capables de tirer des missiles antiradar AGM-88 HARM
Les MiG-29 ukrainiens sont désormais capables de tirer des missiles antiradar AGM-88 HARM
© Ukrainian MoD

| Gaétan Powis 1268 mots

Les MiG-29 ukrainiens sont désormais capables de tirer des missiles antiradar AGM-88 HARM

Au début du mois d'août, des images ont permis de confirmer que les Ukrainiens utilisaient des missiles antiradars AGM-88 HARM mais aucune information n'était disponible sur la plateforme de lancement. Désormais, il est possible de confirmer que les avions de combat MiG-29 ont été adaptés pour pouvoir tirer ce missile. Le Pentagone a d'ailleurs annoncé qu'ils étaient efficacement utilisés, à tel point qu'une seconde livraison de ces missiles est annoncée dans le pack d'aide de ce 19 août. Il faut donc s'attendre à une augmentation de l'efficacité de l'appui aérien ukrainien grâce aux MiG-29 effectuant des missions SEAD.

La chasse ukrainienne intègre l'AGM-88 HARM

Le 8 août dernier, des images provenant de zones ukrainiennes contrôlées par les Forces russes ont permis de confirmer l'utilisation par les Ukrainiens de missiles antiradars AGM-88 High-Speed Anti-Radiation Missile. Cependant, aucune information n'était disponible concernant la plateforme de lancement. Une des hypothèses les plus reprises était une modification des AGM-88 pour qu'ils puissent être tirés depuis un véhicule terrestre. Cette hypothèse s'expliquait principalement par le fait que les différents avions de combat ukrainiens MiG-29, Su-24, Su-25 et Su-27 de conception soviétique/russe n'étaient pas du tout conçu pour recevoir des missiles de conception américaine aussi spécifiques.

Cependant, plusieurs sources officielles américaines ont permis de lever le voile sur cette question ;

  • Le sous-secrétaire à la politique de Défense américaine Colin Kahl a notamment annoncé : "[...] vous savez, on a beaucoup parlé du problème des MiG-29 il y a plusieurs mois [voir cet article], on n'a pas beaucoup remarqué la quantité de pièces de rechange et d'autres choses que nous avons faites pour les [Ukrainiens] aider à mettre plus de leur MiG-29 dans les airs et augmenter la durée de vie des appareils déjà en état de voler. Et puis aussi, dans les récents packages d'aide présidentielle à l'Ukraine, nous avons inclus un certain nombre de missiles antiradar qui peuvent être tirés depuis des avions ukrainiens."
  • De plus, ce 19 août, ce 19 août, le Pentagone a officiellement annoncé une nouvelle aide militaire de 775 millions de dollars pour l'Ukraine (lien ici). En dehors des munitions d'artillerie, pour les systèmes antiaériens NASAMS et les roquettes pour les HIMARS, il est possible de voir que des missiles AGM-88 HARM sont officiellement donnés à l'Ukraine.
  • Enfin, un officiel américain appartenant au Pentagone a aussi déclaré que les Américains avaient justement déjà envoyé précédemment des AGM-88 HARM dans un pack d'aide aux Ukrainiens tout en les aidant pour intégrer ce missile sur leurs "MiG". Il a également ajouté qu'ils utilisaient ces missiles efficacement et que pour la seconde fois, un pack d'aide allait également comprendre des missiles HARM (de fait, pack de ce 19 août).

Ainsi, comme démontré plus, haut, la Force aérienne ukrainienne n'est composée que d'un seul type de MiG, à savoir le MiG-29 et ses diverses variantes. Ainsi, ces appareils sont désormais capables d'effectuer des missions de Suppression des Défenses Aériennes Ennemies (SEAD).

Avantage tactique pour les Ukrainiens

L'intérêt tactique est énorme pour les Ukrainiens : la guerre aérienne fait toujours rage dans le ciel ukrainien mais le nombre de sorties de combat pour les Ukrainiens n'est plus du tout comparable au début du conflit (quelques sorties par jour) et a clairement augmenté, comme le confirme les nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux. Désormais, l'efficacité de l'appui aérien ukrainien est surement en train d'augmenter lui aussi ; un MiG-29 équipé de missiles antiradar AGM-88 HARM précédant ou accompagnant des appareils d'attaque peut rendre aveugle les systèmes antiaériens russes en les détruisant directement (radar intégré au système) ou en les rendant aveugle (radar annexe au système antiaérien).

MiG-29UB ukrainien à Lviv en avril 2021. Plusieurs sources annoncent que ce sont ces avions (aux capacités de combat limitées) qui sont utilisés pour tirer les AGM-88 HARM, le pilote étant accompagné d'un officier système d'arme en siège arrière, avec le système de lancement du missile.
MiG-29UB ukrainien à Lviv en avril 2021. Plusieurs sources annoncent que ce sont ces avions (aux capacités de combat limitées) qui sont utilisés pour tirer les AGM-88 HARM, le pilote étant accompagné d'un officier système d'arme en siège arrière, avec le système de lancement du missile. © MiG-29UB ukrainien à Lviv_UkrOboronProm
MiG-29UB ukrainien à Lviv en avril 2021. Plusieurs sources annoncent que ce sont ces avions (aux capacités de combat limitées) qui sont utilisés pour tirer les AGM-88 HARM, le pilote étant accompagné d'un officier système d'arme en siège arrière, avec le système de lancement du missile.

L'AGM-88 HARM

Premiers développements

Il s'agit du missile antiradar standard au sein des Forces armées américaines. Il est développé en 1969 suite aux performances décevante des AGM-45 Shrike et des AGM-78 Standard ARM ; ces derniers n'endommageaient parfois pas assez la cible pour la rendre totalement inopérante et il arrivait même que les radars ennemis avaient le temps de se désactiver, rendant les missiles en question aveugles. De fait, il s'agit d'un missile avec une ogive plus puissante et surtout, un moteur plus rapide, comme le démontre sa dénomination officielle High-Speed Anti-Radiation Missile. Ils entrent en service en 1985 pour l'US Navy et deux ans plus tard pour l'US Air Force. Les radars libyens en 1986 seront leurs premières cibles et 1991, ce sont plus de 2.000 HARM qui sont tirés sur l'Irak et les troupes irakiennes déployées au Koweit durant l'opération Tempête du désert. Tout au long de sa carrière, le missile HARM est développé via des mises à jour et de nouvelles versions.

Du côté technique, il vole à plus de Mach 2, avec une portée d'environ 150 kilomètres. Il est utilisé au sein de plusieurs pays et peut être lancé par un Eurofighter Typhoon, F-15E, F-16, F/A-18, F/A-18E/F, EA-18G, Tornado IDS/ECR. Le F-35 peut tirer ce missile mais ne peut en revanche le transporter dans sa soute (furtivité de fait dégradée).

Modes de tir

Il peut être tiré en trois modes :

  • Pre-Briefed (PB) ; l'avion lanceur tire le missile dans une trajectoire en courbe, vers une cible connue. Quand celui-ci détecte l'émission radar, il se dirige automatiquement sur sa cible. L'idée ici est de pouvoir utiliser le missile en capacité stand-off grâce à sa grande portée.
  • Self-Protect (SP) ; le capteur du missile est directement utilisé pour détecter une émission radar. Le système de lancement du missile permet de choisir la cible à détruire et la transmet au missile. Il peut également détruire une cible se trouvant derrière l'appareil lanceur mais le détour à effectuer réduit sa portée.
  • Target Of Opportunity (TOO) ; le missile est lancé manuellement et choisit de lui-même la cible à détruire. Tout comme le mode SP, il peut aussi détruire une cible se trouvant derrière l'avion lanceur.
Tir d'un missile AGM-88 HARM par un F/A-18F Super Hornet de l'US Navy.
Tir d'un missile AGM-88 HARM par un F/A-18F Super Hornet de l'US Navy. © US Navy
Tir d'un missile AGM-88 HARM par un F/A-18F Super Hornet de l'US Navy.

Dans le cas où la cible arrête ses émissions radars :

  • le missile ne s'est pas encore verrouillé et devient donc aveugle. Un système autodestruction s'enclenche alors.
  • le missile s'est déjà verrouillé quand le radar fonctionnait encore. Il va donc se diriger sur la dernière position de celui-ci mais avec une précision (erreur circulaire probable, CEP) plus faible que si le radar continuait de fonctionner.

L'AGM-88 HARM existe en plusieurs versions et la version utilisée par les Ukrainiens est encore inconnue.

L'AGM-88G AARGM-ER/S-400 killer

C'est une version encore en phase d'essai mais comme l'indique son nom - Advanced Antiradiation Guided Missile - Extended Range - il s'agit d'un AGM-88 surboosté ; il aurait une portée de plus de 300 kilomètres et une vitesse de plus de Mach 4. Les essais sont concluants, une pré-production ayant été autorisée en septembre 2021 et un troisième tir d'essai réussi a eu lieu le mois dernier. Il faut donc s'attendre à reparler de ce missile au sein des futures opérations américaines car il améliore grandement les capacités de pénétration des espaces aériens ennemis par les appareils de l'US Navy et de l'USAF :

  • Capacités stand-off (en dehors de la portée des batteries antiaériennes ennemies) augmentées : les avions de 4ème génération, comme les F-16 ou EA-18G Growler peuvent être utilisés pour détruire les batteries antiaérienne S-300, HQ-9B, etc.
  • Capacités stand-in (à portée des batteries antiaériennes ennemies) améliorée : les F-35A/B/C auront la possibilité d'emporter ce missile. Grâce à leur furtivité, ils pourront détruire les systèmes ennemis de dernière génération, tels que le S-400 tout en étant dans la zone d'interception de ce système antiaérien. Avec ses capacités de brouillage, les EA-18G auraient également une capacité stand-in contre le S-400 et équivalent. Des médias russes ont d'ailleurs surnommé ce missile le "S-400 killer".

Il faut toutefois remarquer que les défenses antiaériennes russes se sont avérées très vulnérables aux frappes des drones ukrainiens, et notamment les frappes de TB-2, qui n'est pourtant pas de la classe des petits ou très petits drones (plus difficiles à détecter). Les Ukrainiens ont aussi démontré que l'hélicoptère reste un très bon moyen de frappe en profondeur, lorsqu'ils ont pénétré l'espace aérien russe et détruit un stock de carburant à Belgorod. Cette ville comprend de plusieurs points de rassemblement de troupes russes et est donc forcément protégée par des systèmes antiaériens (plus d'infos sur ce raid).

Description d'un AGM-88G AARGM-ER. On voit directement la différence entre la version HARM, avec l'ajout de deux ailettes le long de l'AARGM-ER et la suppression des grands stabilisateurs présents sur la variante HARM.
Description d'un AGM-88G AARGM-ER. On voit directement la différence entre la version HARM, avec l'ajout de deux ailettes le long de l'AARGM-ER et la suppression des grands stabilisateurs centraux présents sur la variante HARM. © US Navy
Description d'un AGM-88G AARGM-ER. On voit directement la différence entre la version HARM, avec l'ajout de deux ailettes le long de l'AARGM-ER et la suppression des grands stabilisateurs présents sur la variante HARM.

RUSSIE-UKRAINE Ukraine MiG MiG-29 Etats-Unis états-unis Raytheon AGM-88 HARM AGM-88G missile antiradar


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité